Surfaces et matériaux : Un outil d'analyse très performant

Le Critt "Analyses et surfaces" du Val-de-Reuil met à la disposition des industriels un microscope pour résoudre leurs problèmes de matériaux et de surfaces.

Partager

Comment visualiser très précisément les agglomérations de gluten présentes dans la pâte à pain, en fonction des différents degrés de pétrissage? Ou bien comment examiner le "sertissage" du bord des cotons démaquillants? Autant de questions posées par des industriels et auxquelles le tout nouveau Centre régional d'innovation et de transfert de technologies (Critt) du Val-de-Reuil a pu apporter une réponse. En octobre 1992, avec l'aide de l'université de Rouen et de la Direction régionale à la recherche et à la technologie de Haute-Normandie, un jeune diplômé en science des matériaux se lance dans la préparation d'un dossier pour obtenir l'aide du fonds Feder autour de la création d'un centre de compétences sur le cuivre et les problèmes d'oxydation. La démarche débouche sur la mise en place, un an plus tard, d'une association rassemblant industriels de la région, Pouvoirs publics locaux et organismes consulaires. Quant à la mission, elle est aussitôt étendue à l'ensemble des analyses de matériaux et de surfaces. Avec un investissement de près de 1,25million de francs (apporté par le Feder pour sa quasi-totalité), le Critt se dote d'un microscope à balayage à pressions variables produit par Hitachi. Ce microscope aux performances exceptionnelles était jusqu'alors présent en six exemplaires en France, mais uniquement en milieu universitaire ou dans des centres de recherche, c'est-à-dire difficilement accessible aux industriels. Il devrait toutefois commencer à apparaître dans les plus grands groupes industriels. Le Critt a également investi dans un appareil de micro-analyse de l'américain Kevex. L'ensemble de ces matériels permet un large champ de compétences: expertise d'éléments, caractérisation d'une pièce avant traitement de surface, problème d'oxydation, analyse d'une surface, mouillabilité de fibres, etc. Le directeur du Critt, Eric Beucher, explique: "Nous visions à l'origine les industries métallurgiques de Haute-Normandie, mais, finalement, notre clientèle est bien plus large, grâce aux possibilités techniques de notre matériel. Nous devrions rapidement toucher la pharmacie, les industries agro-alimentaires et le B-TP. De la même façon, nous n'intéressons pas seulement les PME, mais également les grosses entreprises, en raison de nos délais très courts." Le Critt promet en effet de répondre dans les deux ou trois jours à toutes les demandes, pour un prix de 800francs de l'heure. Avec un chiffre d'affaires prévisionnel de 400000francs pour 1995, le centre pense atteindre son autonomie financière pour 1996. D'ici là, il continuera de recevoir des aides européennes (2,5 millions de francs du Feder pour 1994-1995). Emmanuelle RIVOIRE



Les caractéristiques du microscope S2460N

Produit par Hitachi, le microscope électronique à balayage à pressions variables (VP SEM) permet, à la différence des microscopes électroniques classiques, de travailler à un niveau de vide moins contraignant (de 1 à 270Pa en "vide partiel", contre 10-4 en microscopie traditionnelle). Le microscope peut donc observer des échantillons humides ou gras sans nécessité d'effectuer une déshydratation par passage au point critique ou une cryogénie (deux procédures longues et qui altèrent l'échantillon). Le vide est maintenu à niveau constant tout au long de la phase d'observation grâce à une vanne motorisée contrôlant toute éventuelle micro-fuite dans la chambre. La résolution est, dans ce cas, de 6nm. En "vide poussé" (ce qui correspond à une microscopie classique), la résolution passe à 4nm.

USINE NOUVELLE N°2496

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS