Sur le site ArcelorMittal de Liège, les syndicalistes jouent la carte du blocage

Quelques mois après l'annonce de la fermeture définitive de plusieurs installations sur le site de Liège, en Belgique, le bras de fer entre les représentants syndicaux locaux du groupe sidérurgique ArcelorMittal et la direction prend une nouvelle tournure.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sur le site ArcelorMittal de Liège, les syndicalistes jouent la carte du blocage

Selon les médias belges, ce 3 mai, des délégués syndicaux se sont réunis devant le centre Acier de Flémalle, sur le site de Liège, afin de protester contre la délocalisation au Brésil de pièces issues d'un haut-fourneau.

Pour le site internet de la chaine de télévision RTBF, ces pièces "constituent environ 80% d'un haut fourneau neuf qui n'a jamais servi". Au contraire, le quotidien Le Soir affirme qu'il ne "s’agit pas d’un démantèlement de l’outil liégeois", mais que les "pièces proviennent du Luxembourg et ont été stockées à Flémalle dans l’attente d’un envoi vers le Brésil".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Reste que pour les syndicalistes de Liège, bloquer l'acheminement de ces pièces s'avère un moyen de pression envers la direction. Ils contestent la présence d'un huissier envoyé par la direction sur le site afin de constater le blocage.

"Des pièces fabriquées en Allemagne et commandées par ArcelorMittal Brésil sont stockées dans un hall de Flémalle depuis juillet 2012", a indiqué la porte-parole d’ArcelorMittal Liège au Soir. "Elles ne nous appartiennent pas, nous avons juste mis le hall en location. Cela fait quelques semaines que nous négocions pour les faire sortir, sans succès. Elles n’ont rien à voir avec Liège et elles sont attendues au Brésil".

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS