Suppressions de postes chez PSA, qu'en est-il vraiment ?

Franceinfo a annoncé lundi matin que le groupe PSA prévoyait la suppression de 2 133 postes en 2017 dans ses usines de françaises. Or la direction ne fait que poursuivre son plan voté par la majorité des organisations syndicales en juillet dernier, la CGT ne l'ayant pas accepté.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Suppressions de postes chez PSA, qu'en est-il vraiment ?

"Ce qui a été annoncé n’est rien d’autre que ce qui avait été décidé avec les organisations syndicales, cinq sur six avaient signé", a déclaré François Hollande en déplacement sur le site d’ArcelorMittal à Florange. Cette intervention survient après que le site franceinfo ait annoncé, lundi matin, que le groupe PSA entendait supprimer 2 133 postes en 2017 dans ses usines françaises. Le site d’information précisant que le groupe PSA ne prévoyait pas de licenciements secs, mais des départs volontaires non remplacés, ainsi que des retraites et des congés longue durée.

Or, cette réduction d’effectifs intervient dans le cadre du plan "Push to pass", auquel fait référence France Hollande, et qui a été signé par la majorité des organisations syndicales en juillet. Ce nouveau plan stratégique de PSA a pris le relais du plan de redressement "Back in the race", qui a permis à PSA de sortir de la grave crise financière qu'il a traversée en 2012 via un plan d'économies drastique et le recentrage de l'activité sur les marchés et les modèles les plus rentables.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Une certaine compensation en terme de CDI"

La direction de PSA miserait sur une hausse des mobilités externes pour au moins 1 025 salariés. Par ailleurs, elle envisage 983 congés seniors permettant aux salariés de partir plusieurs années avant l’âge légal de retraite avec 70% ou 75% de leur rémunération brute. Soit environ 2 000 départs volontaires. Seule la CGT dénonce aujourd’hui ce plan qu’elle n’avait pas signé.

"Tout se fera sur la base du volontariat, et il y aura une certaine compensation en terme de CDI et d'alternants", a souligné de son côté Franck Don, représentant CFTC. De même, des représentants FO ont aussi mis en avant les embauches que le groupe prévoit de faire. Tout comme des représentants syndicaux CFE-CGC.

Même si PSA poursuit la même politique, un représentant CFDT, Xavier Lelasseux, aimerait "plutôt que le groupe consacre cette énergie à mieux former les gens aux métiers de demain tant l'automobile a besoin de nouvelles compétences". Or, depuis quelques temps, PSA semble diversifier ses activités.

PSA se dirige vers l’auto-partage et le véhicule d’occasion

Dans le cadre de son nouveau plan, PSA veut exploiter, à côté de son métier traditionnel de la conception, construction et distribution automobile, de nouveaux gisements de croissance comme l'autopartage, où il a multiplié les prises de participation, ou le véhicule d'occasion.

Sur ce dernier front, il a annoncé lundi des négociations exclusives pour prendre une participation majoritaire dans le distributeur français Aramisauto, le trublion de la distribution automobile fondé en 2001 par Nicolas Chartier et Guillaume Paoli.

PSA compte ainsi se renforcer dans le commerce digital de voitures de seconde main et élargir l'offre de véhicules d'occasion de ses concessionnaires, tandis qu'Aramisauto compte sur PSA pour accélérer son internationalisation.

"C'est un écosystème que nous allons créer (...) tous nos canaux doivent croître simultanément", a déclaré Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier du groupe. L'objectif de doubler à 800 000 les ventes d'occasion du groupe PSA à l'horizon 2021 devrait par exemple représenter un surcroît d'activité pour remettre en état les véhicules. Aramisauto, qui réalise ce travail de "reconditionnement" à Donzère (Drôme), envisage quant à lui d'accroître les effectifs de ce site, qui compte actuellement une soixantaine de personnes.

Léna Corot avec Reuters

Léna Corot Journaliste à L'Usine Digitale

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS