Supercycle : Vale y croit dur comme fer

Le numéro un mondial du minerai de fer ne se laisse pas impressionner par une crise financière qui a divisé par deux les prix du pétrole et de nombreuses commodités minières. Il va investir 14,2 milliards de dollars en 2009.

Partager

« Malgré le choc financier et ses répercussions sur l'économie réelle, Vale est toujours confiant dans les fondamentaux à long-terme des marchés de minerais et de métaux », indiquait la firme brésilienne dans un communiqué annonçant un programme d'investissement de 14,2 milliards de dollars en 2009. Ce programme comprend plus de 30 projets répartis dans différents pays dont le Brésil, le Canada, le Mozambique, Oman, l'Australie, l'Indonésie, le Pérou et le Chili.

Sur ce budget pas moins de 11,65 milliards de dollars seront consacrés à la croissance organique, dont 10,18 milliards pour la réalisation des projets et 1,47 milliard pour la recherche et le développement. Cette dernière somme se divise en trois parties : 227 millions seront utilisés à l'innovation et à la technologie, 510 millions aux études de préfaisabilité et de faisabilité et 736 millions aux programmes d'exploration.

Toujours désireux de rééquilibrer un chiffre d'affaires encore trop dépendant du minerai de fer, Vale consacrera 4,78 milliards de dollars aux métaux de base, soit 33,6% de ses investissements globaux. Les métaux ferreux recevront tout de même 29,4% du total, soit 4,18 milliards. Les dépenses d'infrastructures comprendront 3,03 milliards pour la logistique et 822 millions pour la production d'énergie. Ses mines de charbon de Moatize au Mozambique recevront 808 millions de dollars.

Par ce programme d'investissement Vale signe sa confiance dans la croissance à long-terme des besoins de l'économie mondiale dans ses minerais et ses métaux. Reconnaissant le ralentissement de la demande, en particulier de celle de la Chine, estime que la consommation de métaux reprendra progressivement. Surtout, note Vale, les contraintes qui avaient empêché la production de croitre suffisamment pour répondre à l'envol de la demande sont toujours présentes. D'autant que la crise du crédit ne va pas créer un environnement favorable à la multiplication de nouveaux projets, toujours plus complexes et plus onéreux. Le brésilien, fort de sa capacité à générer du cash-flow et disposant de financements importants à long-terme compte bien profiter de la situation pour consolider ses positions parmi les grands mineurs diversifiés.

Daniel Krajka

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS