Sun joue la carte de la gratuité sur Internet

En achetant le petit éditeur allemand Star Division, Sun Microsystems affiche sa stratégie : proposer une suite de logiciels bureautiques performants et gratuits utilisables via Internet. Une pierre dans le jardin de Microsoft.

Partager

Sun joue la carte de la gratuité sur Internet

Le marché des logiciels de bureautique (traitement de texte, tableur, logiciel de présentation assistée par ordinateur, etc.) est en pleine effervescence. C'est une acquisition d'apparence anodine qui a mis le feu aux poudres. L'américain Sun Microsystems (11,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires), spécialiste des stations de travail et des logiciels réseaux, a acheté pour un montant non communiqué un concurrent de Microsoft sur ce marché. Il s'agit de l'allemand Star Division (chiffre d'affaires non publié), qui emploie plus de 200 personnes dans le monde et édite la suite StarOffice. Avec ce partenaire, Sun entend ouvrir à la fin de l'année un site Web permettant aux particuliers et aux entreprises d'utiliser gratuitement les principaux logiciels de bureautique à partir d'un simple navigateur Internet. En attendant, il propose aux internautes de télécharger gratuitement la suite StarOffice dans sa version "locale". Actuellement, les logiciels de bureautique ne fonctionnent que de cette manière et Microsoft domine largement le marché. Avec ses versions successives (Office 95, Office 97 et maintenant Office 2000), sa suite, installée sur les disques durs des PC du monde entier, s'est adjugé plus de 90 % du marché. Vendue à peu près 4 500 francs dans sa version standard, elle représente 40 % du chiffre d'affaires de Microsoft, qui s'élève à 20 milliards de dollars pour l'année fiscale 1999. En diffusant gratuitement les logiciels de Star Division via Internet, Sun remet donc sérieusement en cause le fonds de commerce de Microsoft. D'autant que la suite Star Office, mise au point par le programmeur allemand Marco Boerries, qui a fondé Star Division en 1985, a de nombreuses qualités. Disponible en huit langues, dont le français, la version 5.1, qui ne tourne pour l'instant qu'en local, dispose d'une interface similaire à celle de Microsoft Office. Multiplate-forme (Windows, Linux, Solaris et OS/2), elle gère les mêmes formats de fichiers que la suite Office (Word et Excel, notamment). Malgré sa taille (65 mégaoctets), quelque 6 millions de personnes l'auraient déjà téléchargée sur le Web. Avec le soutien marketing de Sun, ce nombre pourrait augmenter rapidement. L'opportunité de généraliser la technologie Java Mais le plus inquiétant pour Microsoft reste la stratégie Internet de Sun. Pour mener à bien son projet, le géant californien va s'appuyer sur sa technologie de programmation Java. Il compte adapter les logiciels de StarOffice afin que chaque fonction puisse être exécutée sur un navigateur compatible Java - la majorité le sont. Une préversion du site devrait être prête en octobre avant un lancement grand public à la fin de l'année. Si le résultat est à la hauteur de l'annonce, les applications en ligne de Sun pourraient être proposées par les fournisseurs d'accès Internet et sur les sites portails en tant que service gratuit attractif, à l'instar du courrier électronique ou de l'hébergement de pages Web. L'idée est de fournir à chacun un bureau universel contenant à la fois programmes et données. Sun revendique déjà 27 partenaires séduits par sa stratégie, qu'il a baptisée StarPortal. Parmi eux, le constructeur Oracle, le fournisseur de services en ligne AOL et l'opérateur de télécommunications AT&T. " Internet est la plate-forme informatique du futur ", affirme Kathleen Earley, qui dirige la division Services Internet d'AT&T. Pour Sun, le succès de StarPortal aurait deux avantages : généraliser la technologie Java et accroître la demande en serveurs et en clients légers (voir encadré) : les services gratuits ont toujours leur pendant payant ! Face à cette menace, Microsoft reste serein. Steve Ballmer, son président, a expliqué en personne dans le " Financial Times " qu'Office 2000 était prêt techniquement pour la location d'applications à distance via Internet et dit réfléchir à un nouveau modèle économique. Reste à savoir comment ce dernier pourrait être aussi rentable que l'actuel. Le retour du Network Computer L'informatique distribuée n'est pas une idée nouvelle. Sun et Oracle prônent depuis des années un modèle où des terminaux dits " clients légers " (ou NC, pour Network Computer) sollicitent des serveurs centraux puissants pour travailler. Avantage ? Le coût du poste de travail baisse, car les clients légers n'ont pas besoin de la puissance des ordinateurs de bureau et la mise à jour des logiciels, qui s'effectue une seule fois sur le serveur central, est largement simplifiée. Pourtant, le NC n'est pas parvenu à s'imposer, car les offres logicielles n'ont pas tenu leurs promesses en termes de performances et de richesse fonctionnelle. La stratégie StarPortal pourrait remettre en selle ce modèle. Parallèlement à l'ouverture de son bureau universel, Sun s'apprête à lancer une nouvelle génération de Network Computer. Connus sous le nom de code Corona, ils seront optimisés pour exécuter le plus rapidement possible les applications Java. Leur réussite est directement liée à celle du projet StarPortal.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS