Sumitomo SEBN a vu ses effectifs baisser de 20% à Tanger

Spécialisé dans la production de harnais électriques automobiles, le site tangerois du japonais Sumitomo Electric a connu une baisse d'un cinquième de ses effectifs en un an et demi. La crise européenne et surtout les gains de productivité expliquent ce recul.

Partager
Sumitomo SEBN a vu ses effectifs baisser de 20% à Tanger

Comme toutes les usines de faisceaux électriques, celle de Sumitomo Bordnetze installée sur la zone franche d’exportation de Tanger (TFZ) est une ruche. Mais celle-ci bourdonne un peu moins depuis quelques mois. Début février, le total des personnes employées atteignait 3 980 salariés contre un pic de 5 000, fin 2011.

Si cette usine rachetée à Volkswagen en 2006 avec la société Bordnetze a vu ainsi son effectif se contracter de 20% "c’est surtout du fait de très importants efforts de productivité réalisés pour gagner en compétitivité. De plus, le pic d’activité d’il y a un an était exceptionnel, la baisse réelle d’effectifs depuis est plutôt de 500 salariés", assure un responsable de l’usine à l’occasion d’une visite de presse.

Le volume en 2012 de l’usine de Tanger a fléchi

Aux gains de productivité s’est malgré tout ajoutée une certaine baisse d’activité liée à des transitions de programmes et des ventes en Europe moins soutenues. Le volume en 2012 de l’usine de Tanger a ainsi fléchi en passant de 600 000 véhicules équipés à environ 500 000 unités. La réduction de l’effectif, féminin à 80%, s’est effectuée pour l’essentiel par l'arrêt des embauches et un non remplacement des départs.

Installée à Tanger depuis février 2001, SEBN MA (Sumitomo Electrics Bordnetze Morocco) y fabrique des faisceaux électriques exclusivement pour le groupe Volkswagen. Près de la moitié de l’effectif est ainsi dédiée aux harnais de la Polo 5, assemblés ici seulement.

"Contrairement à beaucoup de nos concurrents, ici nous fabriquons non des références mais des produits personnalisés par véhicule. En terme de qualité, nous sommes aux meilleurs niveaux mondiaux", expose fièrement un cadre en désignant les tableaux d’assemblage et les bancs tests. Outre la Polo, le site de Tanger produit en exclusivité les harnais de l ‘Audi A1 et aussi des faisceaux électriques de sièges pour la Golf Cabrio, le Sharan ou le coupé EOS.

les entreprises bénéficient d'un IS allégé à 8,75% pour encore 20 ans

Outre Sumitomo, un grand nombre de spécialistes de faisceaux électriques automobiles concurrents, comme Yazaki, Lear, Leoni ou Delphi se sont installés au Maroc depuis dix ans attirés par un salaire minimum de 210 euros par mois et la proximité du marché européen. Sur les zones franches comme Tanger après une exonération de l'impôt sur les sociétés (IS) de 5 ans, les entreprises bénéficient d'un IS allégé à 8,75% pour encore 20 ans.

Chez Sumitomo, la plupart des produits sont expédiés par camions à travers le détroit de Gibraltar et livrés pour l’essentiel sur les lignes des usines d’assemblage Volkswagen de Palmela au Portugal ou de Navarre en Espagne en 24 à 36 heures ou aussi à Bruxelles.

"Nous allons sans doute remonter l’effectif"

Étendu sur une surface couverte de 34 144 m², le site de Tanger livre en ce début février à un rythme quotidien de quelques 1 150 Polo 5 et 450 Audi A1. Il comprend en fait trois bâtiments et a fait l’objet à ce jour d’un investissement cumulé de 41,4 millions d’euros, selon ses responsables. Et ceux-ci sont confiants quant à l’avenir.

"Nous allons sans doute remonter l’effectif. De nouveaux projets sont déjà en préparation pour occuper la place dégagée par notre meilleure organisation". Présent aussi en Tunisie, le groupe Sumitomo y a vu par contre ses projets ralentis par les remous de la transition politique, tout comme pour son activité en Egypte.

"Au Maroc, indique un responsable du site, la situation est par comparaison au contraire très stable".

A Tanger, Nasser Djama

Employeur poids lourd

Premier employeur étranger au Maroc, le japonais Sumitomo Electric y emploie près de 16 000 salariés dans ses filiales SEBN (ex-Automotive Wiring Systems Morocco), Sews-Cabind Maroc et SEWS-Maroc qui gèrent au total 8 usines à Tanger, Kenitra et Casablanca. Depuis le Maroc, il fournit, PSA, Fiat, VW, Renault ou Nissan. Outre la Maroc, la filiale SEBN dispose par ailleurs d’usines en Pologne, Bulgarie, Ukraine, Tunisie ou en Chine.

 


Agrandir le plan

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lille

Sécurité d'un événement et des personnes.

DATE DE REPONSE 11/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS