Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Suite au crash de Lion Air, Boeing doit redonner confiance dans son 737 MAX

Olivier James , ,

Publié le

Boeing affronte une première crise dans le programme 737 MAX, un an et demi après la mise en service. Si des modifications doivent être apportées, les risques commerciaux semblent pour le moment mesurés.

Suite au crash de Lion Air, Boeing doit redonner confiance dans son 737 MAX © Boeing

Le best-seller annoncé affronte une première crise. Mis en service en mai 2017, le Boeing 737 MAX se trouve au cœur d’une polémique depuis le crash de l’un des appareils appartenant à la compagnie Lion Air, le 29 octobre dernier, ayant causé la mort de 189 personnes en Indonésie. Une enquête est en cours pour tenter de déterminer les causes de l’accident. Mais déjà un équipement est pointé du doigt par les autorités indonésiennes : les capteurs d’incidence (AOA, en anglais), qui renseignent sur l’angle de vol de l’appareil. Un dysfonctionnement aurait conduit l’avion à effectuer une plongée vers le sol. Pour l’avionneur, qui assure les premiers pas de son monocouloir déjà vendu à plus de 4700 exemplaires, au coude-à-coude en termes de parts de marché avec l’Airbus A320neo, il faut très vite redonner confiance dans cet appareil à la centaine de clients qui en ont fait l’acquisition.

Or Boeing n’aurait pas fait preuve d’assez de transparence sur le sujet, d’après le Financial Times dans un article publié le 13 novembre. "Des organisations de pilotes américains ont déclaré que Boeing n'avait pas fourni d'informations suffisantes indiquant que le système de prévention de décrochage automatique du nouveau 737 Max pouvait, dans certaines circonstances, essayer de forcer le nez de l'avion, même si les pilotes le pilotaient manuellement, ce qui conduirait à une plongée abrupte et rendant l’appareil difficile à contrôler", cite le quotidien. Et le journal de préciser que le système en cause est spécifique au 737 MAX : "si les informations sont erronées, le MCAS émet des commandes répétées à l’ordinateur de bord, ce qui peut éventuellement conduire à une plongée abrupte ou à un crash."

Un impact financier limité

Rapidement, l’avionneur américain a tenté de relativiser. "Le 6 novembre 2018, Boeing a publié un bulletin du manuel d'exploitation (OMB) demandant aux exploitants de suivre les procédures en vigueur pour les équipages afin de remédier aux situations dans lesquelles une entrée erronée d'un capteur AOA était utilisée." Mais la simple publication de ce bulletin sera loin d’être suffisante. Comme le précise la Federal Aviation Administration (FAA) dans un communiqué, les procédures opérationnelles définies pour le 737 MAX et la formation pourraient évoluer à mesure que le régulateur et Boeing en apprennent davantage sur les circonstances de l'accident.

Surtout, Boeing va sans doute devoir procéder à des ajustements sur ses appareils. L'autorité de l'aviation civile américaine et Boeing ont annoncé étudier la possibilité de modifier l'informatique, voire la conception, du 737 MAX, fait savoir l’agence Reuters. "Il y a une vingtaine d'années, ce type de mise à jour nécessitait de remplacer du hardware dans les appareils, mais ce n’est plus le cas maintenant, les données mises à jour ont seulement besoin d’être chargées par l’appareil", précise un expert aéronautique. Le risque financier serait alors circonscrit. Pour le moment, l’impact financier se réduit à un léger décrochage en bourse. Depuis l'annonce de l'accident, l'action Boeing est en repli de 2,7%, souligne l’agence Reuters, qui précise néanmoins que le titre affiche une hausse d'encore 18,5% depuis le début de l'année. Le risque d’annulations de commandes semble pour le moment écarté.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

16/11/2018 - 11h57 -

Lion Air, compagnie low cost qui blinde son avion à 190 passagers alors que celui-ci tourne plutôt à 160 sièges en deux classes, Est non seulement Interdit de vol dmsur l'Europe, mais aussi les USA, s'en sort terriblement bien Car cette compagnie, a la réputation non seuleument d'être peux fiable mais aussi après intervention technique de rempir faussement ses cahiers après intervention technique ! Autrement dit, je ne crois pas que le système AOA a vraiment été remplacé par les service technique de Lion Air ! Pourquoi ça n'arrive qu'à Lion Air et pas American Airlines ou South West Airlines, oy Copa Airlines ?? Si le système AOA avait été réparé, l'ordinateur n'aurait jamais ordonne les systèmes de puquer du nez. En effet le système ou logiciel est de faire plongé l'avion légèrement lorsqu'il y a des virages trop serrés par exemple. Comme les infos sont erronés à cause du non remplacement de l'AOA et que la vitesse indiquait à l'ordinateur une carence pour un décrochage.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/03/2019 - 15h18 -

Vu l'accident de ethiopian airlines ce week-end on peut penser que votre commentaire est faux il s'agit exactement du même problème et il a été constaté par énormément de pilotes.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle