Suisse: La BNS maintient ses taux négatifs, prête à agir pour le franc

ZURICH (Reuters) - La Banque nationale suisse (BNS) a laissé jeudi sa politique monétaire ultra-accommodante inchangée et maintenu ses taux en territoire négatif en se disant prête à intervenir sur le marché des changes malgré les accusations de manipulation de sa monnaie par les États-Unis.
Partager
Suisse: La BNS maintient ses taux négatifs, prête à agir pour le franc
La Banque nationale suisse (BNS) a laissé jeudi sa politique monétaire ultra-accommodante inchangée et maintenu ses taux en territoire négatif en se disant prête à intervenir sur le marché des changes malgré les accusations de manipulation de sa monnaie par les États-Unis. /Photo prise le 16 décembre 2020/REUTERS/Arnd Wiegmann

"La pandémie de coronavirus continue à avoir un effet négatif important sur l'économie. Dans ce contexte difficile, la BNS maintient sa politique monétaire expansionniste en vue de stabiliser l'activité économique et l'évolution des prix", a déclaré la banque centrale.

La BNS a maintenu sans surprise à -0,75% son taux directeur et le taux d'intérêt négatif appliqué aux avoirs à vue à la banque centrale en disant rester disposée à intervenir au besoin.

Les taux négatifs sont l'un des outils utilisés par l'institut d'émission pour atténuer les pressions à la hausse sur le franc suisse, monnaie refuge par excellence.

"A la lumière de la valeur élevée du franc suisse, la BNS reste disposée à intervenir plus fortement sur le marché des changes", a-t-elle ajouté.

Ces interventions ont mis la BNS dans la ligne de mire du Trésor américain, qui a accusé formellement mercredi la Suisse de manipuler sa monnaie et ajouté trois pays à la liste de ceux qu'il soupçonne d'orchestrer la dévalorisation de leur devise face au dollar.

Pour cette année, la banque centrale suisse a revu à la baisse sa prévision d'inflation à -0,7% contre -0,6%. Elle table sur un taux d'inflation inchangé pour 2021, contre +0,1% précédemment, et maintient une prévision de 0,2% pour 2022.

La BNS anticipe une contraction moins marquée que prévu du produit intérieur brut en 2020, désormais attendu en baisse de 3% contre une précédente estimation de -5%, avant un rebond de l'ordre de 2,5%-3% l'année prochaine.

(John Revill, version française Laetitia Volga, édité par Patrick Vignal)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS