Suisse:La BNS maintient sa politique et reste prête à freiner le franc

ZURICH (Reuters) - La Banque nationale suisse (BNS) a laissé jeudi sa politique monétaire inchangée et réaffirmé qu'elle était prête à intervenir "de manière accrue" sur le marché des changes pour faire baisser le franc, dont le niveau sur le marché des changes reste "élevé".
Partager
Suisse:La BNS maintient sa politique et reste prête à freiner le franc
La Banque nationale suisse (BNS) a laissé jeudi sa politique monétaire inchangée et réaffirmé qu'elle était prête à intervenir "de manière accrue" sur le marché des changes pour faire baisser le franc, dont le niveau sur le marché des changes reste "élevé". /Photo prise le 20 mai 2020/REUTERS/Arnd Wiegmann

Le taux directeur de la BNS reste fixé à -0,75%, tout comme le taux d'intérêt appliqué aux avoirs des banques auprès de la banque centrale, un statu quo conforme aux prévisions de tous les économistes interrogés par Reuters.

"La pandémie de coronavirus et les mesures prises pour l'endiguer ont entraîné, en Suisse comme dans le reste du monde, une chute de l'activité économique et une baisse de l'inflation. La politique monétaire expansionniste de la Banque nationale suisse (BNS) demeure nécessaire pour assurer des conditions monétaires appropriées dans le pays", explique l'institution dans son examen trimestriel de la situation économique et monétaire.

Elle table sur une baisse d'environ 6% du PIB cette année. Mardi, le secrétariat d'Etat à l'économie a dit prévoir une contraction de 6,2% en 2020, ce qui serait la pire performance enregistrée depuis 1975.

La BNS s'attend en outre désormais à une baisse des prix de 0,7% cette année, de 0,2% en 2021 avant une hausse de 0,2% en 2022.

Son président, Thomas Jordan, a précisé que la banque centrale avait procédé depuis mars à un volume "important" d'interventions sur le marché des changes face à de "fortes pressions à la hausse" sur le franc, liées à son rôle de valeur refuge.

Le vice-président Fritz Zurbrügg, lui, a souligné que le marché immobilier suisse était exposé à un risque de baisse des prix si la récession se révélait plus forte que prévu, ajoutant que "les déséquilibres existants sur le marché hypothécaire et sur le marché de l'immobilier résidentiel constituent un défi supplémentaire pour les banques axées sur le marché intérieur".

(John Revill, version française Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS