Quotidien des Usines

Suicides de salariés Areva NC La Hague : demande d’expertise validée par la cour d’appel

,

Publié le

Suicides de salariés Areva NC La Hague : demande d’expertise validée par la cour d’appel © DR

Consécutive à plusieurs suicides de salariés de l’usine Areva NC La Hague dans la Manche, la demande d’une expertise formulée par le CHSCT (Comité d'hygiène, sécurité et conditions de travail) du site a été validée par la cour d’appel de Caen (Calvados). Dans un premier temps le juge de première instance du tribunal de Cherbourg avait annulé, à la requête de la direction du site, une décision du CHSCT souhaitant, après le premier des six suicides, qu’une évaluation des risques psychosociaux soit confiée à un cabinet agréé par le ministère du Travail. Ces 6 suicides (auquel s’ajoute une tentative) se sont tous déroulés hors de l’entreprise et sans lien établi avec l’activité professionnelle des victimes.

 
Pour un délégué syndical, membre du CHSCT,   « la validation par la cour de la nomination d’un expert est la reconnaissance d’une situation de risque grave. En effet, le droit à l’expertise, appuyé par les rapports de cinq médecins du travail, que voulions faire valoir après le premier suicide, ne peut reposer que sur deux éléments. Soit une réorganisation lourde de l’entreprise, ce qui n’est pas le cas ici, soit le risque grave lié aux conditions de travail. La direction avait gagné en première instance au motif que le risque grave n’était pas reconnu. Aujourd’hui, il l’est. A ce titre, c’est une victoire importante. »
 
La cour d'appel limite toutefois la mission de l'expert à l'analyse du danger et des risques liés à leur travail uniquement aux cadres. Une expertise sur ce thème qui va d’ailleurs répondre à une demande de l’inspection du travail. Cette dernière souhaite en effet que soit mesuré le temps de travail des cadres annualisés au forfait. «Qui doivent travailler 210 jours dans l’année, mais sans limites durant les journées travaillées », précise le délégué.

De son côté, la direction indique, via un porte-parole, avoir pris acte de la décision de justice. Elle estime cependant que la cour d’appel n’a pas suivi la demande du CHSCT concernant l’étude des risques psycho-sociaux qu’il demandait pour l’ensemble de l’usine. Etude que la direction avait refusée à la suite du premier suicide, au motif qu’elle-même avait diligenté une étude par un cabinet privé, dont le résultat était plutôt positif. Dans son rapport, le cabinet indiquait en effet qu’il y avait moins d’hyper stress sur le site – un taux de 15 % dans l’effectif – que dans des établissements industriels similaires, où le taux moyen d’hyper stress toucherait 24 % des salariés.

Filiale du français Areva, Areva NC La Hague est spécialisé dans le traitement de combustibles nucléaires. Elle emploie 3100 salariés.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte