Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Suez Environnement recrute 30 emplois d'avenir

Cécile Maillard , , , ,

Publié le

Le groupe Suez Environnement signe, ce jeudi 17 octobre, une convention avec le préfet de la région Aquitaine, s’engageant à recruter 30 emplois d’avenir, rare exemple d’utilisation du dispositif dans l’industrie.

Suez Environnement recrute 30 emplois d'avenir © SUEZ ENVIRONNEMENT / Krista BOGGS

En Aquitaine, une quinzaine de jeunes ont déjà intégré les entreprises du groupe Suez Environnement grâce aux emplois d’avenir. Destiné à remettre dans l’emploi des moins de 26 ans qui en sont éloignés, ce dispositif s’adresse surtout au secteur non marchand, mais peut s’ouvrir au secteur marchand s’il repose sur un projet d’insertion innovant. Sur ces quinze jeunes, 11 travaillent chez Lyonnaise des eaux, 4 chez Sita, comme techniciens de développement, laborantin, secrétaire ou agents de curage... La plupart ont signé des CDD d’un an renouvelable, deux ont obtenu un CDI. Ce jeudi 17 octobre, le groupe s’engage à en recruter quinze de plus, dont trois en CDI, dans les deux mêmes entreprises, comme plombiers ou dessinateurs, des métiers qui demandent un peu plus de formation que les précédents.

Les entreprises privées ne se ruent pas sur les emplois d’avenir car l’accueil de ces jeunes non qualifiés demande un gros effort d’accompagnement. Suez Environnement a pu le faire parce que le groupe a créé, en 2012, à Bordeaux, une structure d’insertion financée par un fonds de dotation : la Maison pour rebondir. "Nous avons mis en place des partenariats avec des acteurs sociaux ou de l’emploi, comme les missions locales, pour leur faire connaître nos entreprises et nos métiers", explique Laurence Malcorpi, directeur de la diversité et du développement social de Suez Environnement, et présidente de la Maison pour rebondir.

Un pont entre monde économique et acteurs sociaux

Parallèlement, cette structure d’insertion a développé des partenariats avec les entreprises du groupe, "peu équipées ou expérimentées pour faire de l’insertion", précise Laurence Malcorpi. Des tuteurs ont été identifiés dans le groupe, pour accueillir ces publics particuliers. "Le lien entre les acteurs sociaux et le monde économique n’est pas suffisamment construit, la Maison pour rebondir fait office de pont entre les deux", poursuit la présidente. Quand les emplois d’avenir sont apparus dans le paysage, la structure était prête à réagir et à aider Suez Environnement à tenir ses engagements nationaux, pris dans le cadre des chartes "entreprises et quartiers".

Les jeunes, recrutés par les missions locales, ont passé une semaine d’intégration à la Maison pour rebondir. Découverte de l’entreprise qui les accueillera, visite des sites, conseils en développement personnel, rencontre avec leurs futurs tuteurs, problèmes de logement ou de mobilité à gérer... Puis plongée dans le grand bain de l’entreprise, payés au salaire du poste, parfois supérieur au smic.

Assurer une montée en compétences

Cette semaine d’intégration, effectuée dans le cadre du contrat de travail, représente un premier temps de formation, qui sera suivi d’autres, aux métiers du groupe. La mission locale veille en effet à la "montée en employabilité" des jeunes, exigée par le dispositif. "Cette montée en compétences est surveillée de près, pour éviter les effets d’aubaine pour les entreprises", explique Benoît Bonello, directeur de la Maison pour rebondir. Les emplois d’avenir sont en effet subventionnés par l’Etat, qui reverse à l’employeur privé, pour chaque contrat, une somme équivalente à 35% du smic - contre 75% dans le secteur non marchand. Si Sita est considérée comme une entreprise privée, Lyonnaise des eaux, qui bénéficie d’une délégation de service public, est traitée comme un employeur public.

Cécile Maillard

La barre des 70 000 emplois d’avenir franchie

Le gouvernement s’est réjoui, mercredi 16 octobre à l’issue du conseil des ministres, de voir franchie la barre des 70 000 emplois d’avenir, un an après le lancement du dispositif. L’objectif est maintenu à 100 000 contrats à signer avant la fin 2013.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle