Suède et Allemagne refusent de payer les pots cassés de GM

La Suède ne sauvera pas Saab, l'Allemagne rechigne à prendre une part du capital d'Opel. Les deux filiales européennes de GM risquent gros. Alors que Saab est directement menacée de dépôt de bilan, Opel fera nécessairement les frais du plan de redressemen

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Suède et Allemagne refusent de payer les pots cassés de GM
Pour Opel, mais surtout pour Saab, le salut ne viendra plus des Etats-Unis, pays de leur maison mère General Motors, mais de leur patrie d'origine. En effet, les filiales européennes de GM ne sont pas le souci principal du constructeur, qui a présenté le 17 février son projet de plan de redressement au gouvernement.

Pour Saab, les dés sont jetés. La filiale suédoise n'a pas vocation à rester dans le groupe. Reste à savoir par quel porte elle en sortira : la cession - peu probable car aucun repreneur ne s'est manifesté -, le retour à l'indépendance, ou la liquidation... Dans tous les cas, GM ne propose pas grand chose à part... que la Suède aide son constructeur. Une solution écartée par le gouvernement, qui veut bien aider son industrie automobile mais n'a aucune intention de rentrer au capital de Saab.

La situation d'Opel est moins critique à court terme, mais les sites de production de la marque pourraient être visés par les fermetures d'usines et le plan de réduction de coûts européen de 1,2 milliard de dollars de General Motors. A moyen terme, d'ici à deux ans, le président du comité d'entreprise européen craint la mort pure et simple de la marque à l'éclair, étant donné les sacrifices auquel GM devra se plier pour redevenir rentable. Pour faire mentir cette prédiction, Opel, à l'instar de Saab, pourrait miser sur la séparation d'avec sa maison-mère, à condition de s'allier à un autre constructeur ou de recourir aux pouvoirs publics. En attendant, le gouvernement allemand temporise. Il demande à voir plus de détails sur le projet de rétablissement de GM avant de prendre une quelconque décision, estimant que l'Américain n' pas encore présenté de « concept viable ». 26.000 personnes sont employées par Opel en Allemagne.

On devrait en savoir plus sur l'avenir des filiales européennes de GM la semaine prochaine. Le groupe a indiqué qu'il dévoilerait alors les détails de son plan concernant Opel, Saab et Vauxhall.

Raphaële Karayan

Dossier : Automobile, le crash

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS