Succession en vue chez Cegetel. Vivendi veut vendre l'environnement. Dassault s'intéresse à Thales. DaimlerChrysler vise les poids lourds de Mitsubishi. Renault accélère en Asie...

Partager

?Le dossier France Télécom ne retardera pas le changements prévus chez EDF et GDF », affirme Nicole Fontaine, ministre déléguée à l'industrie, dans une interview à La Tribune. La transformation du statut de ces entreprises, et l'ouverture de leur capital, restent d'actualité.

Succession en vue chez Cegetel : Philippe Germond, président de Cegetel, devrait quitter prochainement ses fonctions, sans doute pour un poste de direction à Alcatel, révèle La Tribune. Philippe Germond est l'un des rescapés de la garde rapprochée de Jean-Marie Messier chez Vivendi Universal.

Jean-René Fourtou, le nouveau président de Vivendi Universal, souhaite vendre la part de 40% que le groupe détient dans Vivendi Environnement. Au prix du marché, la vente rapporterait 3,4 milliards d'euros, précise le Financial Times. Fourtou veut par ailleurs garder le contrôle des activités Media aux Etats-Unis, et conserver les positions de Vivendi Universal dans les télécommunications.

Revenant sur la restructuration radicale annoncée hier chez Alcatel Optronics - la suppression de deux tiers des effectifs- Les Echos notent que le marché des composants optiques pour réseaux de télécoms a été divisé par cinq en deux ans. Plusieurs concurrents d'Alcatel (Nortel Agere, ADC) cherchent un repreneur pour cette activité. Nec Fujitsu, et les américains JDS Uniphase, Corning et Avanex devraient rester sur le marché, mais ont accusé des baisses d'activité vertigineuses cette année.

Dassault refuse un rapprochement avec EADS, mais confirme son intérêt pour Thales. Charles Edelstenne, P-DG de l'avionneur, défend l'indépendance de son entreprise dans La Tribune, et précise que sa destinée ne dépend plus de l'Etat. De plus, le groupe tirant 75% de ses revenus de l'aéronautique civile, les commandes de Rafale par l'Etat ne constitue pas un moyen de pression.

Heineken annonce deux rachats en Amérique centrale. Grand perdant de la consolidation du secteur en Europe, le brasseur néerlandais multiplie les achats sur les marchés émergents : dernièrement, au Costa Rica et au Nicaragua, et la semaine dernière, en Egypte, rappelle La Tribune.

Le papetier ArjoWiggins tire profit de son rentrage sur les papiers à forte valeur ajoutée. Malgré une conjoncture (publicitaire, notamment) déprimée, le groupe franco-britannique a amélioré de 43% son bénéfice d'exploitation semestriel, qui atteint 112 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 990 millions d'euros, précisent Les Echos.

DaimlerChrysler pourrait prendre 40% de la division poids lourds de Mitsubishi Motors, pour 750 millions d'euros, indique le Wall Street Journal Europe. DaimlerChrysler est n°1 mondial du secteur, mais ne détient que 1% du marché asiatique.

Malmené en Europe, Renault a au moins un motif de satisfaction : la Corée du Sud. Renault Samsung, filiale coréenne du constructeur automobile, investit 300 millions d'euros avec pour objectif de doubler ses ventes en 2005, annonce la Tribune. Renault Samsung se porte bien, ses ventes montent en flèche (elles devraient dépasser 100.000 unités en 2002) et la filiale doit afficher des bénéfices substanciels en 2002, selon Louis Schweitzer, le patron de Renault.

L'autre bon point pour Renault, c'est la signature imminente d'une joint-venture en Chine entre son partenaire japonais Nissan et Dongfeng Motors, le n°3 des constructeurs automobiles chinois. Nissan pourrait investir 800 millions de dollars dans sa co-entreprise chinoise. En août dernier, Toyota s'est allié au n°1 chinois de l'automobile, FAW. C'est dans Financial Times.

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS