[STX] "Quatre obstacles à un Airbus naval", prévient Marc Petitier du cabinet Linklaters

Marc Petitier, avocat associé chez le consultant Linklaters, décrypte pour l’Usine Nouvelle, les obstacles qui se dressent pour réaliser un Airbus naval, réunissant STX, Fincantieri ou encore Naval Group.

Partager
[STX]
Marc Petitier, avocat associé au sein du cabinet Linklaters

L'Usine Nouvelle - Comment expliquer cette méfiance vis-à-vis de Fincantieri ?

Marc Petitier - Je ne me prononcerai pas sur la question de savoir si on doit parler de méfiance mais il semble qu’il était plus aisé de céder les Chantiers de l’Atlantique à un groupe norvégien en 2006. De manière générale, il existe aujourd’hui une préoccupation bien plus forte qu’il y a dix ans en matière de contrôle des investisseurs étrangers ; on le voit notamment au travers du décret Montebourg ou encore avec les très récentes propositions de la Commission européenne. C’est une véritable tendance de fond.

Un Airbus naval est-il réaliste ?
Ce thème revient régulièrement, par exemple lorsqu’un secteur industriel est en difficulté ou lorsqu’il est en concurrence forte avec des acteurs extra-européens. Un Airbus du naval est réalisable, mais il serait compliqué à mettre en œuvre car il existe de nombreux obstacles à franchir pour y parvenir, même en présence d’une volonté politique forte. D’autres options sont également envisageables, comme par exemple la conclusion d’accords de coopération, ou encore la création de joint-venture sur certains aspects comme sur les achats.

Quels sont ces obstacles auxquels vous faites référence ?
J’en vois quatre. Premièrement, il faut se mettre d’accord – outre sur la valorisation respective des entreprises participantes - sur la gouvernance et sur le management du nouvel ensemble ; le poids respectif des parties étant sur ce plan décisif. Ensuite, le droit de la concurrence en matière de contrôle des concentrations : rapprocher des concurrents notamment dans le monde du paquebot, cela réduit automatiquement la concurrence en France et en Europe. Elle deviendrait potentiellement très réduite. En matière militaire, les règles sont différentes et il existe sans doute plus d’acteurs, et donc de marge de manœuvre.

Et le volet social ?
Le volet social serait très important : une telle opération conduira certainement à générer des synergies de coûts et à réduire les effectifs. Où supprime-t-on les emplois ? Où produit-on ? Qui réalise les arbitrages sur les emplois ? Enfin, ce type d’opération suppose de se mettre d’accord sur le volet industriel. Quelle R&D ? Quelles technologies ?

Propos recueillis par Olivier Cognasse

0 Commentaire

[STX] "Quatre obstacles à un Airbus naval", prévient Marc Petitier du cabinet Linklaters

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS