Quotidien des Usines

STX France se fait construire une usine EMR à Saint-Nazaire

, , ,

Publié le

Le chantier naval STX France mobilise 20 millions d'euros pour une unité destinée à fabriquer des fondations de type jacket, des pièces de transition et des sous-stations électriques. La région Pays de la Loire s'implique fortement dans le portage immobilier.

STX France se fait construire une usine EMR à Saint-Nazaire © DR

STX France annonce la construction, d'ici 2015, de son unité de production destinée aux énergies marines renouvelables (EMR) à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). L’investissement, d’un montant d’environ 20 millions d'euros, permettra de produire des fondations de type jacket, des pièces de transition et des sous-stations électriques.

Une usine du futur

Le projet "Anemos" comprend un bâtiment d’assemblage de sous-ensembles "plans" (90 x 35 x 16 mètres) équipé de deux moyens de levage de 60 tonnes, une aire de pré-montage de 6 000 mètres carrés, et une alvéole de peinture de très grand volume (50 x 35 x 25 mètres carrés). "Grâce à ces ateliers ultra-modernes qui déploieront des moyens et des méthodes de production de pointe alliant numérique, automatisation et standardisation, c’est une usine du futur qui voit le jour, dit l'entreprise. Cet équipement s’appuie sur notre savoir-faire en matière de grandes structures métalliques marines, cœurs de métier du chantier de Saint-Nazaire, pour servir les exigences de ses nouveaux clients dans l’énergie. Son efficacité sera l’un des leviers qui permettra à STX France de contribuer à la réduction des coûts des énergies marines."

Partenariats financiers

La partie immobilière du projet est portée par la Sem régionale des Pays de la Loire récemment recapitalisée avec le soutien de la Caisse des dépôts dont la participation est passée de 12 à 23 %. Via cette Sem, le conseil régional entra au capital de la société de portage "Usimer Immo" pour 1,5 million d'euros, aux côtés de STX et de la Sonadev (SEM nazairienne). La région a aussi procédé à une avance en comptes courants de 1 million d'euros et débloqué 500 000 euros pour garantir les prêts bancaires.

"Nous avons travaillé d’arrache-pied avec STX pour convaincre les banques de financer cette nouvelle usine", commente Christophe Clergeau, vice-président de la région des Pays de la Loire. Le tour de table réunit aussi la Carene (agglomération de Saint-Nazaire), la Caisse des dépôts, l’Ademe et un pool bancaire composé de Bpifrance, du Crédit agricole, de la BPA et de la Société générale.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte