Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

STX France intégré dans une vente groupée ?

Olivier Cognasse ,

Publié le

La justice coréenne pousserait à une vente groupée de STX Offshore & Shipbuilding et de STX France. Une nouvelle qui n'arrange pas les affaires de STX France, dont la vente séparée avait été actée, avec des solutions envisagées comme la reprise par le constructeur néerlandais Damen.

STX France intégré dans une vente groupée ?
Constructionde l'Harmony of the Seas - STX Saint-Nazaire
© photo Pascal Guittet

Les entreprises citées

A peine sorti (provisoirement) d’affaire avec Alstom, l’Etat risque de rencontrer un nouvel écueil avec STX France. Alors que quelques pistes avaient été avancées pour le rachat des 66,66% du capital du chantier naval détenus par le coréen STX Offshore & Shipbuilding, celles-ci pourraient tomber à l’eau. En effet, la vente séparée des chantiers de Saint-Nazaire qui avait été actée est remise en cause par une décision de la Cour centrale du district de Séoul. Selon le média coréen Pulse news, repris par notre confrère le Marin, la Cour pousserait à une vente groupée du groupe STX O&S et de STX France. Une vente qui pourrait atteindre 800 millions d’euros. Cette proposition pourrait être présentée le 14 octobre aux créanciers du groupe.

L'Etat français peut s'opposer a la vente

Un tel scénario remettrait en cause les solutions envisagées ces dernières semaines, comme la reprise par un consortium autour du néerlandais Damen – même s’il éveille quelques craintes chez DCNS en raison de son activité dans le militaire -  avec éventuellement d’autres participations de croisiéristes et même de la région Pays-de-la-Loire. Après des années de crise, STX France attire les appétits avec un carnet de commandes plein jusqu’en 2026. La candidature de l’italien Fincantieri est évoquée, même si elle inquiète à Saint-Nazaire, surtout depuis qu’il s’est allié aux chinois de CSSC pour construire des paquebots en Chine. D’autres pistes asiatiques ont également été évoquées.

Si la vente groupée de STX O&S et STX France se confirme, ces hypothèses disparaîtraient et laisseraient la porte ouverte aux appétits chinois – on évoque un fonds sino-britannique. Ils pourraient s’intéresser en premier lieu au savoir-faire et aux technologies de Saint-Nazaire, particulièrement en pointe. L’Etat français, actionnaire à hauteur de 33,34%, peut s’opposer à une telle solution. A lui de vendre aux coréens une solution qui reçoive l’aval du Pays du Matin calme.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle