STX Europe est à vendre

La banque KDB, qui supervise la restructuration du groupe coréen STX, a annoncé la mise en vente de STX Europe. L’avenir de STX France est à nouveau en suspens. L’Etat, qui dispose de 33 % du capital, n’est pas enclin à devenir majoritaire.

Partager
STX Europe est à vendre

C’est officiel. L’agence de presse coréenne Yonhap a annoncé dans un communiqué, jeudi 10 octobre, que la Korea Developpement Bank (KDB), principal créancier du groupe coréen STX et superviseur de sa restructuration, projetait de vendre STX Europe afin de rembourser une partie des dettes du groupe. "Ce n’est pas vraiment une surprise, reconnaît Joël Cadoret, secrétaire général du syndicat CGT des chantiers navals. Il y avait déjà eu une sorte de préannonce au printemps."

Au mois de mai 2013 avait déjà été évoqué le désengagement de la maison-mère, en proie à de grosses difficultés financières qui ne lui permettaient plus d’honorer le remboursement de sa dette. "Nous subissons à nouveau les conséquences d’enjeux financiers, commente Joël Cadoret. Ce qu’il faut, c’est un repreneur industriel et non financier, qui développe l’outil de travail. Alors qu’aujourd’hui encore on compte entre 500 et 600 employés en chômage partiel, c’est par de nouvelles commandes que les emplois seront pérennisés."

En voyage en Turquie, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, n’a pas encore réagi à cette annonce. Mais au mois de mai, il n’était pas allé dans le sens d’une augmentation de la participation de l’Etat dans STX France au-delà des 33% actuels. "Les chantiers de Saint-Nazaire ont besoin de commandes, pas d’un nouvel actionnaire", avait-il indiqué. Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, s’était également montré très prudent.

L’annonce de mise en vente survient alors que les relations sociales se tendent chez STX France. Le 17 octobre auront lieu les élections des représentants du personnel, et les syndicats soupçonnent la direction de vouloir dénoncer les accords sociaux au lendemain des élections et de vouloir imposer une augmentation du temps de travail sans contrepartie financière. La CGT s’y oppose fermement, quand la CFDT se dit prête à prouver à la direction que l’augmentation de la productivité demandée par la direction est possible sans baisser le salaire horaire, mais en améliorant l’organisation industrielle. Et de citer comme exemple ces ordinateurs "qui demandent un quart d’heure avant d’être opérationnels".

Patrice Desmedt

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lille

Sécurité d'un événement et des personnes.

DATE DE REPONSE 11/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS