Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Stress tests réussis pour les 36 banques évaluées par la Fed

Publié le

par Michelle Price et David Henry

Stress tests réussis pour les 36 banques évaluées par la Fed
Les 35 plus grandes banques américaines ont toutes passé avec succès la première étape de leurs tests de résistance (stress tests) annuels, a annoncé jeudi la Réserve fédérale. /Photo d'archives/REUTERS/Joshua Roberts
© Joshua Roberts

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

WASHINGTON (Reuters) - Les 35 plus grandes banques américaines ont toutes passé avec succès la première étape de leurs tests de résistance (stress tests) annuels, montrant qu'elles sont assez solides pour supporter des conditions de récession extrêmes tout en maintenant leurs fonds propres au-dessus du niveau minimal requis, a annoncé jeudi la Réserve fédérale.

Dans un scénario adverse le plus extrême jamais imaginé par la Fed, elles accuseraient des pertes sur prêts de 578 milliards de dollars (498 milliards d'euros) mais leurs fonds propres "durs" resteraient bien au-dessus du minimum requis et seraient supérieurs aussi aux niveaux qui étaient les leurs juste avant la crise de 2007-2009, a précisé la Fed dans son étude.

"Malgré un scénario très difficile et d'autres facteurs pris en compte cette année, les niveaux de fonds propres des firmes après une hypothétique récession sévère sont supérieurs à ceux des années précédant la dernière récession", a déclaré Randal Quarles, le vice-président de la Fed en charge de la régulation bancaire.

La banque centrale a imposé les tests de résistance après la crise financière pour mesurer la solidité du secteur bancaire, considéré comme vital pour la santé de l'économie américaine.

Depuis les premiers tests effectués en 2009, les grandes banques ont réduit ou éliminé leurs pertes, amélioré la qualité de leurs encours de crédit et augmenté leurs bénéfices. Les 35 établissements soumis aux tests cette année ont augmenté leurs fonds propres de plus de 800 milliards de dollars depuis la crise.

Au vu des bons résultats des tests, les banques - et leurs actionnaires - espèrent que la Fed leur permettra d'être plus généreuses dans leur redistribution de capital. Elles y voient aussi un bon argument pour assouplir davantage la réglementation, comme promis par l'administration Trump.

La Fed a encore élevé le niveau de difficulté cette année alors que l'environnement économique s'est amélioré. Le scénario du pire comportait ainsi un bond de pratiquement six points du taux de chômage, à 10%, et une pentification de la courbe des taux.

Les 35 banques testées, parmi lesquelles JPMorgan Chase & Co, Citigroup, Bank of America Corp ou encore Goldman Sachs, concentrent 80% des actifs bancaires américains.

Pour la première fois ont aussi été rendus publics les résultats de six banques étrangères, parmi lesquelles Deutsche Bank, Credit Suisse Group et UBS, qui avaient été tenues auparavant de créer des holdings aux Etats-Unis avec des capitaux propres.

La Fed avait déjà mené des tests sur ces établissements l'an dernier à titre d'essai, et leurs résultats sont restés confidentiels.

Deutsche Bank, dont les opérations américaines font l'objet d'une étroite surveillance, a aisément passé l'épreuve, tout comme Crédit Suisse, UBS ou encore BNP Paribas.

De manière générale, les responsables de la supervision à la Fed se sont dit satisfaits de la performance des banques étrangères qui ont eu moins de temps que leurs homologues américaines pour se préparer.

Les tests instaurés définitivement par la loi Dodd-Franck de 2010 et appelés pour cette raison DFAST (pour "Dodd-Frank Act Stress Tests") ne constituent qu'une partie de l'examen de la Fed.

La banque centrale évalue par ailleurs les systèmes de mesure et de contrôle des risques mis en place par les établissements, et cette deuxième phase est la plus attendue par les marchés puisque la Fed se prononce sur les plans de redistribution de capitaux aux actionnaires et peut le cas échéant s'y opposer.

A partir de cette année, les banques ont la possibilité de soumettre de nouveau leurs plans si elles estiment que leurs projections sont plus favorables que celles de la Fed.

Les résultats de cette phase plus qualitative appelée "CCAR" (Comprehensive Capital Analysis and Review) seront connus mercredi prochain.

(Véronique Tison pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle