Stratégies du "moins disant" et dollar fort inquiètent à Davos

par Ben Hirschler et Noah Barkin
Partager

DAVOS, Suisse (Reuters) - Une appréciation du dollar, une course au moins-disant fiscal et réglementaire et une montée du protectionnisme constituent les principaux risques pesant sur des perspectives de croissance mondiale en amélioration, ont prévenu vendredi des responsables économiques et financiers, au dernier jour du Forum économique mondial de Davos.

Interrogée sur les possibles "cygnes noirs", ces événements imprévus susceptibles de perturber fortement la trajectoire de l'économie mondiale, la directrice générale du fonds monétaire international a évoqué pour cette année les risques liés à certaines des engagements pris par le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump.

"Si les perturbations que nous anticipons en 2017 du fait de ce qui est arrivé en 2016 se révèlent toutes aussi négatives et que nous aboutissons à une course au moins-disant fiscal, commercial et sur le plan de la réglementation financière, cela sera pour moi un très gros 'cygne noir' qui aurait des conséquences dévastatrices, a mis en garde Christine Lagarde.

"J'ai beaucoup entendu parler de guerre commerciale à Davos. Cela détruirait des emplois, cela ne créerait pas d'emplois", a déclaré de son côté le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, Roberto Azevedo.

"Je demande à chacun de faire preuve de prudence et de responsabilité. Nous devons absolument éviter de nous laisser entraîner dans une crise", a-t-il poursuivi.

Concluant quatre jours d'échanges dans la station des Alpes suisses, dirigeants d'entreprise et responsables économiques ont certes salué les mesures de relance annoncées par la nouvelle Administration Trump et sa détermination affichée à relancer les dépenses d'infrastructure et à réduire les impôts. Mais les incertitudes et les inquiétudes ne manquent pas.

APPRÉCIATION "SIGNIFICATIVE" DU DOLLAR

Pour le dirigeant de BlackRock, la plus grande société de gestion mondiale, il ne fait guère de doute que les mesures annoncées devraient profiter aux marchés financiers américains pendant les 100 premiers jours au moins de la nouvelle Administration. Mais, il a souligné le flou qui entoure la manière dont elles seront financées.

Larry Fink a aussi mis en garde contre les risques liés à un nouveau renforcement du dollar avec les relèvements attendus des taux d'intérêt la Fed, qui pourraient déboucher sur un conflit entre la Maison blanche et la banque centrale.

Le durcissement de la politique monétaire par la Fed cette année peut entraîner une appréciation "significative" du dollar, a t-il dit.

"Nous devons tous être conscients que nous allons vivre dans un monde où le dollar est fort."

La Fed a relevé le mois dernier ses taux directeurs pour la deuxième fois en un an après les avoir laissés inchangés à des niveaux proches de zéro pendant près d'une décennie.

Le dollar est proche d'un plus haut de 14 ans contre l'euro, une vigueur qui menace la compétitivité des Etats-Unis alors que Donald Trump a fait du rapatriement des investissements et des emplois aux Etats-Unis l'une de ses priorités.

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a reconnu que la perspective d'une croissance économique plus soutenue aux Etats-Unis pourrait entraîner une appréciation du dollar.

"La croissance de l'économie américaine pourrait accélérer cette année et l'année prochaine, et la hausse des prix pourrait un peu augmenter. Tous (ces facteurs) peuvent conduire à une hausse des taux et le dollar pourrait aussi s'apprécier", a-t-il dit.

Kuroda a en revanche relativisé le risque d'une généralisation du protectionnisme qui affecterait le commerce mondiale en réponse aux politiques mises en oeuvre par la nouvelle Administration américaine et à la montée du populisme en Europe.

"La plupart des pays, y compris les principales économies du G7 et du G20 sont fortement déterminés à promouvoir le commerce mondial, et peuvent en conséquence aider à prévenir la diffusion du protectionnisme", a-t-il ajouté.

Christine Lagarde a prévenu que d'éventuelles politiques protectionnistes de l'administration Trump auraient un impact négatif sur l'économie qui ne serait pas compensé par les bénéfices des mesures de relance.

"Au total, l'effet net ne sera probablement pas positif".

Le FMI s'attend à une croissance mondiale de 3,4% cette année et de 3,6% en 2018 après 3,1% cette année.

(avec Dmitry Zhdannikhov et Tom Miles; Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS