Tout le dossier Tout le dossier

STMicroelectronics se positionne sur les objets connectés avec le nouveau Cortex-M7 d'ARM

STMicroelectronics vient d'annoncer la sortie d'un nouveau microcontrôleur, le STM32 F7, basé sur la nouvelle microarchitecture Cortex-M7 de ARM. Ses performances sont pratiquement doublées par rapport à celles de son prédécesseur, ce qui en fait un intermédiaire entre microcontrôleurs classiques et microprocesseurs d'entrée de gamme. L'enjeu ? Repousser les limites des systèmes embarqués et des objets connectés tout en conservant une simplicité maximale pour leurs fabricants.

 

Partager
STMicroelectronics se positionne sur les objets connectés avec le nouveau Cortex-M7 d'ARM

L'entreprise ARM, spécialiste de la conception de microarchitectures électroniques, vient de dévoiler son nouveau processeur, le Cortex-M7, qui vient compléter ajouter un modèle très haute performance à la gamme des Cortex-M3 et M4. Avec une finesse de gravure équivalente de 90 nm, le M7 atteint un score de 1 000 CoreMark (le benchmark de référence pour les systèmes embarqués) en étant cadencé à 200 Mhz, là où le M4 n'atteint que 608 (à une fréquence inférieure, le M4 ne pouvant dépasser 180 MHz).

C'est sur la base de ce nouveau cœur que l'entreprise franco-italienne STMicroelectronics a conçu ses STM32 F7, une nouvelle génération de microcontrôleurs présentés comme des alternatives à la transition vers l'utilisation de microprocesseurs (typiquement basés sur des Cortex-A), plus puissants, mais nécessitant un système d'exploitation plus complexe à gérer (type Android) au lieu d'un système d'exploitation temps réel (RTOS). Le but étant d'éviter d'avoir à faire tourner une cafetière sous Linux juste pour pouvoir lui fournir une interface visuelle moderne.

STMicroelectronics a été, au même titre que les américains Atmel et Freescale, l'un des "leading partners" d'ARM pour la mise au point du Cortex-M7. En d'autres termes, le leader européen des semi-conducteurs a activement participé à la conception du processeur. Non sans raison : ST a connu beaucoup de succès avec sa famille de produits STM32 basés sur les générations précédentes de Cortex-M. La division microcontrôleurs standards représente à elle seule près de 10 % du chiffre d'affaires global du groupe, et du côté d'ARM, il s'est vendu 2,9 milliards de Cortex-M en 2013.

STMicroelectronics a d'ailleurs fait son possible pour faciliter le passage du STM32 F4 au F7, sans nécessiter la mise en place de nouvelles ressources ou de nouvelles compétences chez les clients. La consommation énergétique du F7 est comparable à celle de son prédécesseur (7 CoreMark/mW en mode Run). La puce est également compatible physiquement car elle dispose du même nombre de broches. Et du code conçu pour le F4 tournera sur le F7 sans problème.

Plus de puissance pour les objets connectés

Avec ces nouveaux microcontrôleurs, STMicroelectronics cible des clients dans des domaines allant des systèmes embarqués (notamment l'automobile) à l'industrie (robotique), et les objets connectés (électroménager, hubs de capteurs domotiques, équipement hi-fi, mais aussi petits drones et wearable tech).

Et les applications permises par cette augmentation de puissance sont nombreuses : gestion de l'affichage, du contrôle tactile, de la connectivité, de la position GPS (par calcul de virgule flottante à double précision), reconnaissance vocale et gestion audio (grâce à ses capacités doublées de traitement du signal par rapport au M4)... Le M7 repousse la limite des usages des microcontrôleurs, et compte sur sa simplicité d'implémentation (au travers notamment de la plate-forme mbed) et son vaste support par les fournisseurs d'outils de développements (y compris désormais MatLab, mais aussi Java et µC) en plus des propres outils d'ARM (Keil MDK, CMSIS) pour accélérer son adoption par les développeurs. STMicroelectronics travaille par exemple déjà avec Vestec sur une solution de reconnaissance vocale basée sur son architecture F7 et semble convaincu de son futur succès.

Des échantillons sont déjà disponibles pour ses principaux partenaires, et la production est prévue pour le début du deuxième trimestre 2015. L'entreprise n'oublie par ailleurs pas le mouvement "maker", et offrira à terme le STM32 F7 sur une carte Nucleo dans un de ses kits de découverte. Le premier modèle du STM32 F7, le 756NG, sera présenté sur le stand de STMicroelectronics lors du salon ARM TechCon qui aura lieu à Santa Clara (Etats-Unis) du 1er au 3 octobre prochain.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Technos en images

Les objets parlent aux objets : les chiffres des objets connectés

IoT

Les trois clés des objets connectés

Micro-électronique

Les dix francais qui mettent de l'intelligence partout

Quand les capteurs jouent les organes sensoriels

Numérique

La tour de Babel de l'Internet des objets

Des données, pour quoi faire ?

Start-up deeptech

Objets connectés pour l’industrie : Altran recherche des start-up innovantes

Numérique

Drones, objets connectés, voitures autonomes : les technos qu'il ne fallait pas manquer au CES 2015

Numérique

Objets connectés : comment Intel compte s'imposer

Micro-électronique

Une puce dédiée aux objets connectés

Numérique

Les objets connectés, stars du CES 2015

Numérique

Objets connectés : la cybersécurité, un enjeu majeur pour les entreprises

Conception

En 2015, la conception des objets connectés les rendra encore plus fonctionnels

IoT

Intel met le paquet sur l'Internet des objets

Numérique

Cherchez la faille ! Parmi ces objets connectés, lesquels ont déjà subi une cyber-attaque ?

Numérique

Objets connectés : un passe-partout pour les pirates informatiques

Micro-électronique

eVaderis apporte la puissance aux objets connectés

Intel s'associe à Stephen Hawking pour présenter son fauteuil roulant connecté

Numérique

Des objets connectés sur mesure avec WeIO

Micro-électronique

Un émetteur-récepteur de la taille d'une fourmi pour les objets connectés

Points de vue

Comment l’Internet des objets affecte l’administration des réseaux

Technos Batteries

Imprint Energy compte alimenter les objets connectés souples avec ses batteries flexibles au zinc

IoT

Objets connectés : Samsung, Intel et Dell s'unissent pour définir des standards

Energie - Environnement

La chaleur du corps, source d'énergie pour les objets connectés

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - D'ANTIN RESIDENCES

Audit énergétique décret tertiaire

DATE DE REPONSE 17/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS