STMicroelectronics envisage la création de deux usines de puces avec l’aide des Etats français et italien

Confronté à la saturation de son propre appareil de production, le fabricant franco-italien de semiconducteurs STMicroelectronics envisage la construction de deux usines de 300 mm, l’une près de Grenoble, l’autre près de Milan. Pour financer cet investissement de 3 milliards d’euros, il espère obtenir l’aide des Etats français et italien.

Partager
STMicroelectronics envisage la création de deux usines de puces avec l’aide des Etats français et italien
STmicroelectronics fabrication de composants electroniques a Rousset

C’est l’heure de l’expansion industrielle pour STMicroelectronics. Confronté à la saturation de son propre outil de production, le fabricant franco-italien de semiconducteurs envisage la construction de deux nouvelles usines fabriquant des puces sur plaquettes de 300 mm, l’une à Crolles, près de Grenoble, l’autre à Agrate, près de Milan, qui constituent deux de ses cinq sites industriels en Europe.

Grands contrats remportés auprès de Samsung ou Tesla

STMicroelectronics dispose aujourd’hui d’une seule usine de 300 mm : Crolles 2, près de Grenoble. Les six autres usines de fabrication de puces (Crolle 1, Tours, Rousset, Agrate, Catane et Singapour) s’appuient sur des plaquettes plus petites de 200 ou 150 mm. Selon Jean-Marc Chery, directeur général adjoint et numéro du deux du groupe, 10 à 15% de la production est aujourd’hui sous-traitée auprès des quatre plus gros fondeurs de semiconducteurs dans le monde : les taïwanais TSMC et UMC, l’américain GlobalFoundries et le coréen Samsung. Mais pour des questions de différenciation sur le marché, certains composants comme les imageurs spécialisés, les circuits photoniques, les Mems, les circuits intégrés passifs ou encore les composants de puissance en carbure de silicium sont fabriqués exclusivement en interne. Ce sont ces composants, objets de grands contrats remportés récemment auprès de Samsung ou Tesla, notamment, qui voient leurs capacités de production proches de la saturation.

Deux projets de 1,5 milliard
"Aucune décision n’a encore été prise par le conseil d’administration”, précise Nicolas Dufourcq, président du conseil de surveillance du groupe, qui a confirmé que face à un outil de production saturé, ces deux projets pourraient voir le jour à l’horizon 2021. Ces deux projets d’usines représentent chacun 1,5 milliard d’euros. STMicroelectronics place ses espoirs dans le futur plan européen IPCEI (important project of common European interest) dans la microélectronique pour faire préfinancer cet investissement par les Etats français et italien, qui sont les deux actionnaires de référence du groupe avec ensemble 27,5% du capital.

Jusqu’ici, les subventions publiques à la production étaient interdites par les règles européennes de la concurrence (sauf dans des cas limités de développement des régions défavorisées par exemple). Avec le dispositif IPCEI, des Etats membres, réunis dans un projet de grand intérêt commun comme la microélectronique, peuvent désormais le faire. L’Allemagne va ainsi financer l’usine de Mems de 1 milliard d’euros de Bosch à Dresde et l’expansion des capacités de production de puces en technologie FD-SOI de GlobalFoundries à Dresde.

Concurrence entre les Etats

STMicroelectronics, qui coordonne les participations française et italienne de ce plan, réclame la même chose de l’Etat français pour son projet d’usine, près de Grenoble, et de l’Etat italien pour celui, près de Milan. La concurrence entre les usines de semiconducteurs n’est pas seulement une concurrence entre entreprises mais aussi entre Etats qui sont souvent prêts à les préfinancer. Les Etats-Unis ou la Chine proposent aujourd’hui de financer jusqu’à 100 % du coût des nouvelles usines pour les avoir sur leurs territoires. L’argument du commerce extérieur, avec des usines qui exportent 98 % de leur production, pèse lourd dans la balance.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS