STMicroelectronics booste ses investissements industriels en 2017

Porté par une dynamique de croissance plus forte que prévue, STMicroelectronics accroit ses investissements industriels en 2017 en portant le montant prévisionnel entre 1,25 et 1,3 milliard de dollars, contre 1 à 1,1 milliard de dollars prévu au départ. Un coup de pouce qui va bénéficier tout particulièrement à son site industriel à Crolles, près de Grenoble.

Partager
STMicroelectronics booste ses investissements industriels en 2017
A l'intérieur d'une usine de fabrication de STMicroelectronics

Comme prévu lors de son évènement dédié aux investisseurs et analystes en mai 2017, STMicroelectronics accroit le budget de ses investissements industriels en 2017. Porté par une croissance plus forte que prévue de presque toutes ses activités, le fabricant franco-italien de semiconducteurs, qui emploie 43 500 personnes dans le monde, dont 10 800 en France, porte le montant entre 1,25 et 1,3 milliard de dollars, contre 1 à 1,1 milliard de dollars prévu au début de l’année 2017. Ce coup de pouce a été annoncé par Carlo Bozotti, PDG du groupe, lors de la présentation des résultats financiers du deuxième trimestre 2017 en juillet 2017.

Accroissement de la capacité de production

La direction se garde de détailler la ventilation de cet investissement exceptionnel, plus du double de celui consenti en 2016. « L’effort porte sur toutes les activités actuellement en fort développement comme les composants de puissance intelligents, les circuits en carbure de silicium ou encore les technologies propriétaires », se contente d’indiquer le patron du groupe. Sur ce montant, 550 millions de dollars ont été déjà dépensés au premier semestre 2017.

« Le niveau des investissements industriels en 2017 est clairement supérieur à ce que nous prévoyions au début de l'année, parce que le revenu prévu maintenant sur l’ensemble de l'année 2017 est bien plus élevé que ce que nous attendions, explique le directeur financier Carlo Ferro. Nous sommes en train d’accroitre à la fois notre capacité interne de production et notre source de fabrication externe auprès de nos partenaires fondeurs de semiconducteurs pour répondre à la demande tout en maintenant la flexibilité de notre modèle industriel. »

Modules caméra 3D pou le futur iPhone

Le site industriel de Crolles s’impose comme le principal bénéficiaire. L’effort vise à accroitre la capacité de production de Crolles 2, l’unité de fabrication de puces sur plaquettes de 300 mm de diamètre, à 5000 plaquettes par semaines au second semestre 2017, contre 2000 plaquettes par semaines auparavant. L’investissement dédié tourne autour de 300 millions de dollars, selon l’estimation de L’Usine Nouvelle. « Les équipements sont déjà sur place », confie Carlo Bozotti.

C’est sur ce site phare que STMicroelectronics s’apprête à démarrer la production d’imageurs à temps de vol et modules de caméra 3D pour le futur iPhone, avec des revenus importants attendus de ce contrat au troisième trimestre 2017 et encore plus au quatrième trimestre 2017. Sur ce marché qu’il domine à près de 95% selon IHS Markit, il s’attend à une croissance exponentielle. Il livre déjà ses imageurs à temps de vol à 15 constructeurs de mobiles, dont probablement Apple, LG, Huawei, Oppo et Vivo pour des applications de détection de proximité, mesure de distance ou mise au point optique. Depuis son démarrage en 2014, cette activité a généré 300 millions de dollars de revenus.

Extension de la sous-traitance de la fabrication

L’optimisme est plus que jamais de mise. Après six années de marasme, STMicroelectronics bénéficie d’un rebond tel qu’il anticipe une croissance de 14% (plus ou moins 1,5%) sur l’ensemble de l’année 2017. « Nous avons maintenant davantage de visibilité que lors de l’annonce de cette prévision en mai 2017, affirme Carlo Ferro. Nous pensons atteindre le haut de la fourchette. »

Pour suivre cette croissance, l’appareil de production interne tourne déjà à pleine capacité, selon la direction. « Mais en jouant sur la sous-traitance auprès de nos partenaires fondeurs, nous sommes en train de faire passer notre capacité totale de production d’une société de 7 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel à une société de plus de 9 milliards de dollars », précise Carlo Bozotti.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - OCAPIAT

Fourniture de signalétique et publicité sur lieu de vente

DATE DE REPONSE 16/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS