STMicro optimiste, mais toujours affaibli par ST-Ericsson

PARIS (Reuters) - STMicroelectronics a déclaré ne s'attendre à aucun ralentissement de ses prises de commandes, après un premier semestre qui a dépassé les attentes, mais les difficultés de la coentreprise ST-Ericsson ont déçu pour le deuxième trimestre d'affilée.

Partager

Le numéro un européen de la fabrication de semi-conducteurs a publié jeudi soir un bénéfice net ajusté de 18 cents par action, qui s'est inscrit au-dessus des attentes, et a indiqué prévoir une hausse séquentielle de son chiffre d'affaires comprise entre 2% et 7% au troisième trimestre.

"Nous voyons aujourd'hui un fort flux de nouvelles commandes, il n'y a pas de ralentissement", a déclaré le PDG du groupe, Carlo Bozotti, lors d'une conférence téléphonique.

Vers 10h10, le titre reculait de 2,57%, à 6,56 euros, à comparer avec une stabilité de l'indice sectoriel des valeurs technologiques.

Plusieurs analystes ont cité la mauvaise performance de ST-Ericsson, la JV entre STMicro et Ericsson, pour expliquer cette baisse.

"La poursuite du redressement se confirme dans cette publication, sauf pour la JV ST-Ericsson, où la situation continue d'empirer", résume un trader.

La filiale avait déjà, lors de la publication des comptes du premier trimestre, occulté les bonnes performances de STMicroelectronics, et plusieurs analystes continuent d'estimer que le redressement de cette filiale constitue le principal point faible du groupe franco-italien.

"ST-Ericsson est en ligne avec son plan de restructuration. Une transition majeure ne peut pas être réalisée du jour au lendemain (...). Nous restons engagés dans cette JV", a expliqué Carlo Bozotti.

La filiale a vu son chiffre d'affaires chuter fortement, tandis qu'elle tente de repositionner son offre de produits, occultant les premiers effets positifs des restructurations sur la rentabilité de la JV.

STMicroelectronics a publié un chiffre d'affaires en hausse séquentielle de 8,9%, à 2,53 milliards de dollars, tandis que le consensus Reuters de la rédaction tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires trimestriel de 2,513 milliards de dollars, sur la base des estimations de 14 analystes, et sur un bénéfice par action de 14 cents, selon 12 estimations.

Le groupe, qui avait relevé fin avril sa prévision pour le marché des semi-conducteurs, a confirmé s'attendre à une croissance de 20% en 2010.

Marie Mawad, avec la contribution de Juliette Rouillon, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS