STMicro et Ericsson fusionnent leurs activités mobiles

Après la création d'une coentreprise avec NXP Wireless, STMicroelectronics fusionne ses activités mobiles avec la division plates-formes mobiles d'Ericsson pour former un géant des semi-conducteurs sur le marché du sans fil. La nouvelle entité, numéro tro

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

STMicro et Ericsson fusionnent leurs activités mobiles
Encore une alliance pour STMicroelectronics. Le fabricant de semi-conducteurs a annoncé la création d'une coentreprise avec le suédois Ericsson, équipementier pour l'industrie de la téléphonie mobile. La nouvelle entité, basée à Genève, sera détenue à parts égales par les deux partenaires et fusionnera les activités de Ericsson Mobile Platforms et celles de ST-NXP Wireless, dont ST compte acquérir les 20 % du capital qu'il ne détient pas encore.

Les savoir-faire de ST et Ericsson couvrent les technologies 2G, Edge, 3G et LTE. La société, qui pèse 3,6 milliards de chiffre d'affaires à l'aune des résultats 2007, emploiera près de 8 000 personnes (5 000 venant de ST-NXP et 3 000 de Ericsson Mobile Platforms). Elle sera divisée en deux branches, l'une (7 000 collaborateurs) dédiée au marketing et au développement, l'autre (1 000 collaborateurs) à la conception de plates-formes. Carl-Henric Svanberg, PDG d'Ericsson, sera nommé président du conseil d'administration, Carlo Bozotti, PDG de ST, en deviendra le vice-président ST désignera le directeur général de la coentreprise, tandis que Ericsson nommera le directeur adjoint.

Le joint-venture présentera « l'offre de produits la plus importante du secteur dans le domaine des semi-conducteurs et des plates-formes pour applications mobiles et sera un important fournisseur de Nokia, Samsung, Sony-Ericsson, LG et Sharp », précise ST dans son communiqué. Ces constructeurs représentent 80 % du marché des terminaux, seul Motorola échappant à son portefeuille. Cela permettra à la nouvelle alliance de prendre la troisième position sur l'échiquier mondial des équipements pour mobiles, derrière Qualcomm et Texas Instruments. Une position que visait déjà ST-NXP.

Par ce rapprochement et les synergies qui en découlent, les deux groupes recherchent la masse critique. Dans un contexte de baisse des prix des appareils, de ralentissement de la croissance de la demande et de convergence des technologies de la communication et du multimédia, proposer une offre complète et intégrée devient de plus en plus important. D'où les alliances successives de STMicroelectronics, dont celle avec NXP Wireless, les deux partenaires ayant fusionné leurs activités sans fil en avril. ST s'était alors engagé à verser 1,55 milliard de dollars en échange de 80 % du capital de la coentreprise, se réservant la possibilité de racheter la part détenue par NXP à l'issue d'une période de trois ans. Mais ce rachat devrait désormais intervenir avant la clôture de l'opération avec Ericsson. Le prix de rachat dépendra des performances de ST-NXP Wireless sur les douze derniers mois précédent la levée de l'option d'achat.

STMicroelectronics, dont le cours est historiquement bas depuis le début de l'année - il a retrouvé des niveaux de 1998 -, grimpait de 1,8 % à la Bourse de Paris mercredi après-midi. Le groupe franco-italien a perdu 47 millions de dollars au deuxième trimestre, contre 758 millions un an plus tôt. Ses ventes ont progressé de 20 % dans l'industrie et le sans-fil, et sa marge brute a atteint 36,8 %. L'entreprise a gagné des parts de marché, notamment sur Texas Instruments, mais elle souffre énormément du taux de change euro/dollar. Une difficulté qui l'a conduit récemment à annoncer la poursuite de ses restructurations.

Raphaële Karayan

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS