Ce que retient Stéphane Travert de la future loi Alimentation

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert faisait le point, mardi 18 septembre 2018 sur le projet de loi alimentation. L'occasion pour lui de revenir sur les grandes lignes du texte voté le 15 septembre à l'Assemblée Nationale, et dont une nouvelle lecture est prévue au Sénat la semaine prochaine.

Partager
Ce que retient Stéphane Travert de la future loi Alimentation
Stéphane Travert a expliqué les grandes lignes du projet de loi alimentation mardi 18 septembre

Le projet de loi alimentation "donnera des résultats si on se saisit des outils mis en place", a expliqué le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert mardi 18 septembre à l'occasion d’une conférence de presse. L’occasion pour lui de faire le point sur les différents éléments votés le week-end précédent à l’Assemblée, et dont la lecture est prévue au Sénat la semaine suivante.

Bien que les syndicats agricoles aient émis des critiques, le ministre a salué des débats "riches et respectueux", les considérant depuis un an comme "une grande concertation entre des gens qui ne se parlaient plus".

Le projet de Loi a plusieurs objectifs. Il doit "permettre aux agriculteurs de pouvoir vivre de leur travail" en leur donnant les outils pour "innover et augmenter leurs capacités à être plus productifs". Il doit également garantir "que chacun ait accès à une alimentation sûre, saine et durable".

Le poids nécessaire pour exiger le bon prix

Cette loi donnera "aux agriculteurs le poids nécessaire pour exiger le bon prix" pour leurs produits, en le calculant à partir de leurs coûts de production, espère Stéphane Travert. Pour définir ces indicateurs de prix, les agriculteurs souhaitaient que les filières puissent s'appuyer sur l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires (OFPM). Cependant, la loi devrait forcer les interprofessions à les établir elles-mêmes, à la grande déception des syndicats agricoles, qui craignent que les distributeurs et transformateurs aient à nouveau le dernier mot. Toutes les filières doivent s’être mises d’accord d’ici début octobre sur la construction de ces indicateurs.

Le ministre a rappelé l’importance pour les producteurs de se rassembler en Organisations de Producteurs (OP) ou en Associations d’Organisations de Producteurs (AOP) s’ils souhaitent peser dans la problématique du revenu agricole. "Nous avons aussi travaillé sur les prix de cessions abusivement bas". Une ordonnance sera établie afin de servir de "garde-fou". Selon Stéphane Travert, "ce n'est pas l'Etat qui fixe les prix, et on ne fixe pas de prix planchers", car "un prix plancher ça devient souvent un prix plafond".

Des drones dans les vignes

Le ministre a également évoqué les autres aspects du projet de loi concernant plus globalement l’alimentation et la maltraitance animale. La peine pour celle-ci va être doublée. Les associations pourront se constituer en partie civile, et une qualification comme lanceur d’alerte va être mise en place pour les individus donnant des informations.

D’ici 2022, 100% des œufs coquilles devront provenir d’élevages alternatifs à ceux en cage. Des drones seront utilisés afin d’encadrer l’épandage agricole dans les vignes. Les plastiques dans les contenants alimentaires seront réduits, avec une expérimentation sur trois ans dans les communes volontaires. Dès 2020, les bouteilles plastiques dans les cantines scolaires seront interdites.

Enfin le Ministre a rappelé sa volonté de lutter contre la précarité alimentaire. Dans la restauration collective, 50% des produits seront locaux et/ou bios. Des éléments contre le gaspillage alimentaire seront mis en place, par exemple l’obligation pour les restaurants de proposer des doggy bags.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Expert(e) naval - Jauge (F/H)

BUREAU VERITAS - 11/06/2022 - CDI - Saint Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

66 - Banyuls-sur-Mer

Création d'un pavillon d'accueil au centre régional de la Sommellerie

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS