Stéphane Richard défend les prix pratiqués par Orange

Orange réalise une marge de l'ordre de 35% dans la téléphonie mobile en France, répond le PDG de Orange le 1er février après les accusations de Xavier Niel de Free de prendre les consommateurs pour des "vaches à lait".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Stéphane Richard défend les prix pratiqués par Orange

Free est arrivé sur le marché le 10 janvier. Et les marges des opérateurs historiques Orange, SFR et Bouygues Telecom sont depuis l'objet de polémiques. Surtout, le patron du nouvel entrant, Xavier Niel, a accusé ses concurrents de pratiquer des prix trop élevés. "Je m'inscris en faux contre ces jugements à l'emporte-pièce et injustes sur la réalité du secteur avant l'arrivée du quatrième opérateur, a dénoncé Stéphane Richard, lors d'une audition devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale. Je conteste des propos indignes et injustes".

Il reconnait tout de même que Free a apporté des innovations mais estime "qu'en matière de téléphone mobile, je ne crois pas à l’idée qu’une seule offre peut satisfaire tous les besoins. Depuis 20 ans, nous croyons à la segmentation du marché. Ce qu’il faut, c’est apporter des réponses répondant aux différents usages". Une manière de tacler le forfait lancé début janvier par le groupe Free. Il annonce par ailleurs qu'il refuse de s'aligner sur son concurrent pour le prix d'envois de textos. "Le modèle économique de Free est basé sur l'espoir d'une terminaison d'appel vers les SMS extrêmement élevée, souligne le patron d'Orange. Free a dit publiquement attendre une terminaison d'appel de 2,85 centimes d'euros par SMS. Ce niveau-là est absolumment inadmissible et injustifié car il revient à faire financer à l'ensemble des autres opérateurs le développement de Free".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Made in France

Par ailleurs, face aux députés, Stéphane Richard a souligné le côté bon élève de France Telecom – Orange sur fond de débat sur le "Made in France". "Nous sommes présents dans 35 pays, donc on peut faire des comparaisons. Le niveau des marges en France n'est absolument pas anormal, il est plutôt dans la moyenne basse de ce que nous faisons partout ailleurs, la marge d'Orange sur le téléphone mobile est de l'ordre de 35%", a-t-il répondu. Il a tenu à souligner que "Free a le record de marges" concernant sa box triple-play (télévision, internet, téléphone fixe), cette marge s'établissant "à 39% de son chiffre d'affaires", a tenu à rappeler Stéphane Richard. Le patron d'Orange s'inquiète du "déferlement du low cost en France, induisant une perte de qualité de services".

Il rappelle aussi que le groupe investit chaque année 2,6 milliards d'euros en France, dont 800 millions d'euros en recherche et développement. Plus que ça, cette marge de l’ordre de 35% "nous a aussi permis une répartition de la valeur équilibrée entre la part des salariés et les créations d'emplois", a ajouté le PDG. Il met ainsi dans la balance les 100 000 salariés en France. Il a en outre rappelé qu'Orange "paie 4 milliards d'impôts et de taxes (en France), et verse 1 milliard de dividendes à l'Etat" chaque année.

Il annonce que le groupe Orange va développer l'utilisation du téléphone mobile pour le paiement ou l'accès à des bâtiments, ou plus généralement dans le sens contact (NFC). Stéphane Richard salue l'arrivée d'offres sans aucun engagement, qui représente une grande partie des offres d'Orange.

Avec l'aide de Barbara Leblanc

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS