"Stéphane Le Foll est dans une forme d'échec face à la crise", estime Karl Laske

Journaliste à Mediapart, Karl Laske vient de publier "Les cartels du lait", aux éditions Don Quichotte, coécrit avec Elsa Casalegno, journaliste à La France Agricole. Les deux journalistes décryptent les dessous de la filière laitière, qui a vu les industriels français comme Lactalis, Danone et Sodiaal s’arranger dans l’ombre pour préserver leurs intérêts et casser le système des quotas laitiers. Karl Laske revient, pour L’Usine Nouvelle, sur les raisons de la crise laitière.

Partager


Elsa Casalegno et Karl Laske - Crédits : Sophie Daret


L'Usine Nouvelle - Quelles responsabilités portent les industriels dans la crise que traversent les éleveurs laitiers ?

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Karl Laske - Le processus de la fin des quotas laitiers au 1er avril 2015 a été construit de manière opaque dans la profession. Les éleveurs n’ont pas réellement eu la possibilité d’intervenir dans le débat. La responsabilité est collective, depuis l’amont agricole, jusqu’au monde politique en passant par les industriels. Le secteur s’est tourné vers le tout export et la poudre de lait, en poussant les éleveurs vers les investissements et l’endettement. Aujourd’hui, avec la chute des cours, beaucoup d’entre eux sont en grandes difficultés.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, peut-il encore changer les choses ?

Il est dans une forme d’échec face à la crise depuis un an. La scénarisation des tables rondes cet été et à la rentrée n’a trompé personne. Il a peu de marges de manœuvre. Beaucoup de décisions se jouent à Bruxelles et Stéphane Le Foll doit faire preuve de beaucoup de persuasion. Des aides à la réduction des volumes peuvent être engagées. Il faudrait également revoir les contrats entre producteurs et industriels pour redonner du pouvoir aux organisations de producteurs. Le ministre ne peut pas rester sans rien faire face à une population qui s’enfonce comme çà dans la crise. On estime qu’un quart des éleveurs a un revenu inférieur à 10 000 euros par an. La situation est très grave. On peut se poser aussi la question de l’indépendance de Stéphane Le Foll, face aux lobbies de l’industrie agroalimentaire.

Vous parlez beaucoup de Xavier Beulin dans votre ouvrage et de ses multiples casquettes. Il est à la fois le président du syndicat majoritaire FNSEA et du groupe agro-industriel Avril (ex-Sofiproteol). Pensez-vous qu’il défend correctement les intérêts des éleveurs ?

Il y a autour de lui beaucoup trop de conflits d’intérêts. Il participe à la technostructure qui alimente l’agriculture et l’industrie. Il ne peut pas être neutre et défendre les intérêts des agriculteurs, quand il défend également ceux des industriels. La FNSEA porte, à travers lui, une grande responsabilité. Elle a envoyé au casse-pipe ses éleveurs et adhérents.

Quelles solutions voyez-vous face à la crise actuelle ?

Il faut changer de logiciel. On voit clairement que le système actuel est un échec. Il faudrait revenir à un mécanisme de protection des marchés, de régulation et d’intervention. Il faut aussi changer de discours politique pour orienter les filières vers des produits à plus forte valeur ajoutée pour le marché intérieur et ne plus penser export à tout prix et poudre de lait.

Propos recueillis par Adrien Cahuzac

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS