Stéphane Aubarbier, un président "industriel" pour Syntec-Ingénierie

, , ,

Publié le

Vice-président exécutif du groupe Assystem, Stéphane Aubarbier a été élu hier, 12 juillet, président de la fédération professionnelle des ingénieristes, lors du conseil d’administration. Portrait.

Stéphane Aubarbier, un président industriel pour Syntec-Ingénierie © D.R. - Assystem

Ingénieur de formation (INSA de Lyon – 1990), âgé de 44 ans, Stéphane Aubarbier, le nouveau président de Syntec-Ingénierie est également titulaire d'un MBA de l'ESCP-EAP. Il a débuté sa carrière au sein du groupe Assystem (1990) où, après avoir occupé des fonctions opérationnelles, il prend en charge le développement du secteur Automobile.Parti chez ABB en 1997. Il y occupe successivement les fonctions de directeur de la division contrats de maintenance pour la France, puis pour l'Europe du Sud avant de prendre la direction marketing et business development de ABB Service pour l'Europe du Sud.

En juin 2002, retour chez l’ingénieriste, où il rejoint le Comité Exécutif. Depuis janvier 2005, Stéphane Aubarbier est vice-président exécutif du groupe Assystem et membre du directoire. Il préside également le pôle plant engineering & operations du groupe, qui est lié au métier de l’ingénierie d’infrastructures complexes. Il assure aussi les fonctions de vice-président du groupe Export dans le cadre du comité stratégique de la filière nucléaire française depuis septembre 2011.

Priorité à l’ouverture

Stéphane Aubarbier connait bien la fédération des professionnels de l'ingénierie, dont il était auparavant le président du bureau "Ingénierie et conseil en technologie" depuis 2008. Il a tout de suite précisé ses priorités : notamment poursuivre l’ouverture de Syntec aux secteurs en fort développement tels que l’énergie et l’environnement.

Il souhaite également développer des actions en faveur des petites et moyennes entreprises, des entreprises de taille intermédiaire et de continuer les efforts d’attractivité de la profession auprès des jeunes. Gageons qu’il sera particulièrement attentif aux problèmes des ICT (ingénierie et conseils en technologie) pointés dans le rapport Sartorius en 2011.

Représentant un tiers des entreprises du secteur, celles-ci sont souvent soumises à de fortes pressions sur les prix, à des ruptures ou des renégociations contractuelles forcées, à la mise en place de contrats offshore, à des délais de paiement aléatoires et à une gestion acrobatique de leurs ingénieurs, voire à un véritable débauchage de leurs talents.

Stéphane Aubarbier succède à Alain Bentéjac. Ce dernier siège depuis octobre dernier au comité exécutif de la Fédération mondiale de l'ingénierie (FIDIC). Co-président d’Artélia, un groupe indépendant travaillant dans la construction, les infrastructures et l’environnement, il n’avait pas souhaité se représenter après trois mandats successifs.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte