Stellantis discute d'une gigafactory de batteries en Italie

Stellantis pourrait choisir l'Italie pour construire sa troisième gigafactory de batteries en Europe afin de soutenir la stratégie d'électrification du constructeur né de la fusion entre PSA et FCA, a dit à Reuters une source proche du dossier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Stellantis discute d'une gigafactory de batteries en Italie
Stellantis est né de la fusion du groupe français PSA et du constructeur italo-américain Fiat-Chrysler Automobiles (FCA). /Photo prise le 5 mai 2021/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le quatrième groupe automobile mondial Stellantis avait indiqué en avril qu'il déciderait dans le courant de l'année d'ajouter ou non à son dispositif des usines de batteries électriques en Europe et aux Etats-Unis. Cette troisiè-me usine pourrait voir le jour en Italie, près des usines de l'ex-FCA. "Comme Stellantis produit de nombreux véhicules en Italie, il y aurait un intérêt partagé à discuter des conditions d'une gigafactory en Italie", a dit une source interne à l'entreprise, ajoutant que les discussions avec les autorités italiennes ne sont qu'au stade "d'un échange sur le principe sur le principe d'une gigafactory pour couvrir les besoins futurs du groupe" et que rien n'est encore décidé. "Les conditions sont à étudier avec les autorités italiennes", a poursuivi la source.

Discussion avec les autorités italiennes

Dans le cade de son plan de relance de 205 milliards d'euros, l'Italie prévoit de consacrer près de 24 milliards à la transition vers des technologies de mobilité moins émettrices de CO2 et de polluants et plus durables. Un milliard d'euros doit aller à l'amélioration des industries italiennes de batteries et de production d'électricité éolienne et solaire. Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, et John Elkann, président du groupe, ont tenu la semaine dernière une réunion virtuelle avec le ministre italien de l'Industrie Giancarlo Giorgetti. "Lors de la rencontre de la semaine passée, un échange a eu lieu sur le principe de couverture de nos besoins en batterie", a ajouté la source.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une source gouvernementale a confirmé que le ministre et Stellantis s'étaient entretenus la semaine dernière, évoquant la possibilité d'une contribution de Rome, via les fonds du plan de relance, à la production de batteries pour la mobilité électrique.

Les gigafactories vont se multiplier

Tous les constructeurs accélèrent actuellement le déploiement de véhicules électrifiés en prévision du prochain durcissement des objectifs européens de CO2. Stellantis compte offrir une version hybride ou électrique de tous ses modèles européens de voitures d'ici 2025. Ces nouvelles motorisations devraient peser 70% des ventes européennes du groupe d'ici 2030. Le constructeur franco-italo-américain, qui a déjà lancé deux projets de gigafactory en France et en Allemagne via une coentreprise avec Saft, filiale de TotalEnergies, veille avec soin à l'équilibre entre ses quatre pays fondateurs, la France (de l'ex-PSA), l'Allemagne (de l'ex-Opel), et l'Italie et les Etats-Unis (de l'ex-FCA). Ces deux sites, qui représentent un investissement de cinq milliards d'euros, devraient produire suffisamment de batteries pour équiper un million de voitures par an à l'horizon 2028-2030, sur la base d'une capacité annoncée de 48 GWh.

En janvier, l'Union européenne a approuvé un plan comprenant notamment des aides d'Etat pour Tesla, BMW et d'autres constructeurs afin de soutenir la production de batteries et réduire ainsi la dépendance du continent européen vis-à-vis des importations d'Asie.

A lui seul, Volkswagen envisage de construire six usines de 40GWh chacune. Le Figaro, le Monde et les Echos ont rapporté par ailleurs ces derniers jours que Renault avait choisi le groupe chinois Envision-AESC pour la future usine de batteries qu'il prévoit d'installer à Douai (Nord) pour des véhicules électriques de taille moyenne, comme la future R5 de nouvelle génération. Repreneur en 2018 de la technologie de batteries de Nissan-NEC, qui équipe la Nissan Leaf et a équipé les premiers Renault Kangoo électriques, Envision a déjà annoncé à l'automne dernier son souhait de construire une usine de batteries en France. Le groupe chinois a refusé de faire un commentaire, tout comme Renault.

Avec Reuters (Giulio Piovaccari, avec Gilles Guillaume)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS