Stellantis ambitieux sur l'électrique, ne veut pas être un "dinosaure"

par Gilles Guillaume, Giulio Piovaccari et Nick Carey
Stellantis ambitieux sur l'électrique, ne veut pas être un
Stellantis, né mi-janvier de la fusion entre PSA et FCA, a annoncé mercredi viser une marge d'exploitation de 5,5% à 7,5% pour 2021 à l'occasion de la première publication conjointe des résultats financiers des deux constructeurs, au terme d'un exercice marqué par la pandémie de coronavirus. /Photo prise le 18 janvier 2021/REUTERS/Massimo Pinca

PARIS/MILAN (Reuters) - Stellantis, né du mariage entre PSA et FCA, veut utiliser la nouvelle dimension ainsi gagnée pour prendre de vitesse ses concurrents en matière d'électrification des véhicules, même s'il lui faudra aussi digérer maintenant la méga-fusion qui lui a donné naissance mi-janvier.

Comme l'ensemble des constructeurs automobiles, le nouveau groupe est confronté à une pénurie de semi-conducteurs qui tombe au plus mal après une année 2020 plombée par l'épidémie de coronavirus et alors que des investissements massifs sont requis dans les véhicules hybrides et électriques pour suivre le durcissement des normes d'émission.

Le constructeur franco-italo-américain a prévenu mercredi, à l'occasion de la publication des derniers résultats indépendants de PSA et de FCA et des premiers résultats combinés entre les deux groupes, que ces dépenses pourraient peser sur 2021.

En revanche, des stocks de voitures au plus bas à travers le monde et la recette de Carlos Tavares pour réduire les coûts appliquée au nouvel ensemble devraient permettre d'en améliorer les marges dès cette année.

"Ce n'est pas une fusion de crise", a dit le directeur général de Stellantis, jusqu'ici président du directoire de PSA dont il a piloté pendant sept ans le redressement, au cours d'une téléconférence avec les analystes.

"C'est une fusion qui va ouvrir de nouvelles opportunités pour une entreprise qui est saine, avec des gens talentueux (...) qui ne veulent pas être cantonnés à une position historique ou de dinosaure."

Fort de résultats supérieurs aux attentes, bien qu'impactés par le coronavirus, Stellantis a annoncé viser une marge opérationnelle courante comprise entre 5,5% à 7,5% cette année.

En 2020, la marge proforma de Stellantis est ressortie à 5,3%, dont 7,1% pour l'ex-PSA (en retirant la contribution liée à la participation au capital de Faurecia) et 4,3% pour l'ex-FCA.

L'ex-PSA a cependant vu sa marge opérationnelle retomber l'an dernier de ses records de 2019 à cause du coronavirus, mais la politique d'économie drastique engagée par Carlos Tavares a encore permis à la division automobile de l'ex-constructeur français d'afficher au second semestre une marge opérationnelle courante de 9,4%.

Selon Stellantis, il s'agit d'un plus haut historique pour le secteur.

Les objectifs définis pour 2021 partent du principe qu'il n'y aura plus de mesures de confinement notables. Stellantis a annoncé en outre, comme prévu dans l'accord de fusion, le versement d'un dividende d'un milliard d'euros.

LE PRIX DE L'OFFENSIVE ELECTRIQUE

Le nouveau groupe, qui ne détaillera pas sa stratégie avant fin 2021 ou début 2022 pour que les équipes des deux constructeurs fusionnés restent concentrées sur leurs objectifs de l'année, est devenu le numéro quatre mondial avec pas moins de 14 marques de véhicules. Sur la base des chiffres 2020 publiés, il pèse plus de 134 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Stellantis a promis de dégager à moyen terme plus de cinq milliards d'euros de synergies sans fermeture d'usine et assuré que le rapprochement franco-italo-américain n'entraînerait pas de suppressions d'emplois. Mais Carlos Tavares aura fort à faire pour ménager les susceptibilités et faire converger les intérêts, notamment entre la France et l'Italie.

Il lui faudra aussi composer avec les arrêts de production liés à la pénurie de semi-conducteurs, qui risque d'affecter l'ensemble du secteur au moins jusqu'à l'été. Carlos Tavares a prévenu qu'il n'était pas certain que la crise soit résolue au second semestre, comme l'espèrent actuellement la majorité des constructeurs.

La fusion entre PSA et FCA doit permettre de réduire la complexité, de mutualiser les investissements et d'exploiter la complémentarité géographique entre PSA et FCA, notamment l'environnement actuellement favorable en termes de prix aux Etats-Unis où le nouveau groupe va lancer trois nouveaux modèles Jeep à forte marge.

La méthode de Carlos Tavares - priorité aux modèles les plus rentables et chasse aux coûts impitoyable - a permis d'améliorer de 2,2 milliards d'euros le résultat opérationnel courant de la division automobile de l'ex-PSA en 2020 (hausse du mix produit, économies sur la production, les achats, les frais généraux et la R&D).

Cela a permis de compenser l'environnement défavorable de l'an dernier (chute de la demande et effets de changes négatifs), mais sans l'annuler totalement puisqu'il a amputé le résultat opérationnel de 3,9 milliards d'euros.

L'ex-PSA est parvenu cependant à dégager un résultat net, part du groupe, de 2,2 milliards d'euros, alors que son compatriote Renault, qui entend prendre exemple sur lui pour son propre redressement, a accusé une perte record de huit milliards d'euros.

(Giulio Piovaccari, Gilles Guillaume et Nick Carey, avec la contribution de Sarah White, Nicolas Delame et Giancarlo Navach, édité par Jean-Michel Bélot et Bertrand Boucey)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS