Quotidien des Usines

Stanley Black et Decker déménage une production de pinces de Laissey à Besançon

, ,

Publié le

Le consortium Stanley Black et Decker spécialisé dans l’outillage à main justifie son choix de regrouper à Besançon ces fabrications par un fort développement que les contraintes environnementales coûteuses du site de Laissey ne permettaient pas d’assumer. L’ensemble des salariés et du parc machines suivront.

Stanley Black et Decker déménage une production de pinces de Laissey à Besançon © Stanley Black et Decker

Le consortium américain Stanley Black & Decker va déménager, d’ici fin 2018, son établissement Bost Garnache Industrie de Laissey (Doubs) à Besançon où l’activité sera regroupée avec celle de son site de production Mabo. Les deux usines ne sont distantes que de 20 kilomètres. L’ensemble du personnel concerné à Laissey, soit 140 personnes, conservera son poste à Besançon et huit autres salariés seront recrutés pour répondre à une demande de fabrication de pinces en forte croissance.

La direction, pour justifier son choix d’abandonner ce site de 4 000 m² acquis par le groupe en 2006, met en avant les contraintes géographiques et environnementales qui limitent le développement de l’usine de Laissey et rendent trop onéreuses les mises aux normes indispensables à sa montée en puissance. Elle insiste sur le mot "déménagement" en raison de la faible distance et du fait que les machines seront intégralement transférées.

Si l’émotion est forte dans la petite commune, qui voit disparaître une activité locale créée en 1891, Stanley rappelle qu’il a relocalisé depuis 2013 en France la fabrication de ses couteaux et outils de mesure, autrefois produits aux Etats-Unis et en Asie. Cette "volonté de miser sur la fabrication française, au plus près du marché" sur trois sites en Bourgogne-Franche-Comté - Besançon (Doubs), Arbois (Jura) et pour quelques mois encore Laissey - a permis de produire dans l’Hexagone, avec 447 salariés au total, 20 millions d’outils à main en 2017 dont 100 % des scies Jabso. A Besançon, où étaient déjà employés 119 CDI, le groupe produit notamment des fioles de niveaux à bulles brevetées et des mètres à ruban. Il envisage d’y dépasser les 22 millions d'euros de production à l’horizon 2020.

Jean-Pierre Tenoux

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte