ST-Ericsson intensifie sa restructuration

PARIS (Reuters) - ST-Ericsson, la coentreprise de STMicroelectronics avec Ericsson, a présenté lundi un plan de redressement prévoyant le transfert de son activité processeurs à sa maison mère franco-italienne, des réductions d'effectifs supplémentaires et la diminution du nombre de ses sites.

Partager

La société, qui doit faire face à la forte baisse de la demande de son principal client Nokia, espère ainsi générer 320 millions de dollars (244 millions d'euros) d'économies annuelles d'ici fin 2013.

"Jusqu'à présent, les ambitions de ST-Ericsson, qui consistaient à développer seul ou en direct un portefeuille trop large de blocs de propriété intellectuelle (IP) (...) n'ont pas donné, à l'évidence, les résultats attendus", explique Didier Lamouche, directeur général de ST-Ericsson, dans un communiqué.

"En concentrant nos efforts sur nos points de différenciation et sur des partenariats appropriés, ST-Ericsson peut fournir à ses clients les produits qu'ils demandent, tout en assurant la continuité de sa feuille de route actuelle."

1.700 RÉDUCTIONS D'EFFECTIFS

Dans le détail, la coentreprise, dont le siège est située à Genève, prévoit 1.700 réductions d'effectifs dans le monde, sur un total de 6.700. Une partie d'entre eux a toutefois vocation à réintégrer STMicroelectronics dans le cadre du partenariat prévu entre la filiale et sa maison mère dans les activités dédiées aux processeurs d'application.

Le plan stratégique de ST-Ericsson, dont la présentation a été retardée de plusieurs heures, prévoit le transfert de la totalité des activités de recherche et développement ainsi que des salariés de cette division au sein du fabricant de semi-conducteurs franco-italien.

ST-Ericsson, qui détient une seconde division dédiée aux modems, prévoit également la réduction du nombre de ses sites d'activité ainsi qu'une diminution d'environ 25% de ses frais commerciaux, généraux et administratifs par rapport à 2011.

A la faveur de ce nouveau plan de relance et des mesures d'économies déjà en cours, l'entreprise spécialisée dans le mobile espère abaisser son seuil de rentabilité.

A 17h02, l'action STMicroelectronics chute de 11,32% à 4,432 euros, signant la plus forte baisse du CAC 40 (-2,9%).

A Stockholm, Ericsson cède quant à lui 5,04% à 61,20 couronnes.

ST-Ericsson, qui est l'un des principaux foyers de pertes du franco-italien STMicro, a été doté en décembre d'une nouvelle direction qui a pour mission de redresser l'entité spécialisée dans le mobile.

La société s'était engagée à présenter un plan stratégique à long terme d'ici au printemps après avoir conduit un audit et une revue de son portefeuille. Reste à savoir si ces annonces seront suffisantes pour rétablir la confiance des investisseurs.

"La façon dont les dirigeants vont gérer ST-Ericsson à l'avenir va être déterminante. Compte tenu de la gravité des enjeux, avec des pertes qui enflent, nous estimons qu'une décision stratégique audacieuse (un partenariat/une cession), et bien plus qu'un simple programme de réductions de coûts, doit être mis en oeuvre", expliquaient les analystes de CA Cheuvreux dans une note publiée avant l'annonce du plan.

RÉSULTATS DU 1ER TRIMESTRE APRÈS LA CLÔTURE US

ST-Ericsson souffre de sa dépendance au finlandais Nokia, en perte de vitesse face aux américains Apple et Google.

Le fabricant de téléphones portables a annoncé la semaine dernière de nouvelles réductions de coûts substantielles et le départ de son directeur des ventes après un premier trimestre marqué par une perte plus lourde que prévu.

Faute d'avoir remporté suffisamment de nouveaux contrats pour compenser la forte baisse d'activité en provenance de son principal client, St-Ericsson a accusé une perte opérationnelle de 867 millions d'euros en 2011 pour un chiffre d'affaires de 1,65 milliard d'euros, ce qui a pesé sur les résultats de STMicroelectronics.

Le fabricant de semi-conducteurs publiera ses résultats du premier trimestre de l'année 2012 ce lundi après la clôture de la Bourse de New York.

STMicroelectronics a d'ores et déjà prévenu que sa marge brute serait inférieure à ses prévisions pour les trois premiers mois de l'année en raison d'une sentence d'un tribunal arbitral qui l'a condamné à verser 59 millions de dollars au néerlandais NXP.

Cette charge exceptionnelle aura un impact négatif d'environ 2,6% sur la marge, qui devrait s'établir aux environs de 30,4%, a prévenu le groupe.

Celui-ci anticipe par ailleurs un recul de 4% à 10% de son chiffre d'affaires par rapport au quatrième trimestre 2011.

Gwénaëlle Barzic et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS