Sports Direct: Chute du bénéfice au 1er semestre, l'action plonge

LONDRES (Reuters) - Le distributeur britannique d'articles de sport Sports Direct a fait état jeudi d'une baisse de 57% du bénéfice au premier semestre de son exercice, marqué par des critiques sur les conditions de travail de ses salariés, une annonce qui fait plonger le titre à la Bourse de Londres.
Partager

Le groupe, qui a souffert en outre de la baisse de la livre sterling dans le sillage du vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne, a dégagé un bénéfice courant avant impôt en baisse à 71,6 millions de livres (84,3 millions d'euros) sur les 26 semaines au 23 octobre.

Le chiffre d'affaires a progressé sur la même période de 4,2%, hors effets de change.

Le fondateur de Sports Direct Mike Ashley, qui a repris le poste de directeur général après la démission de Dave Forsey en septembre, a qualifié les derniers six mois de "difficiles" pour l'entreprise.

"Ce qui est le plus important est à quel point l'année dernière a été difficile pour les personnes qui travaillent chez Sports Direct", a-t-il dit.

"Nos employés se sont une fois de plus retrouvés malgré eux sous le feu des projecteurs et pourtant ils sont restés loyaux et ont continué à travailler dur."

Mike Ashley, qui détient 56% du capital de Sports Direct, s'était montré autrement plus virulent lors d'une assemblée générale houleuse en septembre, ignorant les appels en faveur de la démission du président du groupe et s'en prenant au principal syndicat du pays.

En juillet dernier, la classe politique a qualifié de "victoriennes" les conditions de travail chez Sports Direct.

Une enquête indépendante menée par l'entreprise a conclu à des "insuffisances significatives" dans les pratiques en vigueur sur le site du principal entrepôt de l'entreprise à Shirebrook, dans le centre de l'Angleterre.

Du fait de la révélation de ces pratiques mais aussi d'une détérioration des marges induite par la chute de la livre, le titre Sports Direct est en forte baisse depuis le début l'année.

Vers 09h20 GMT, il cède encore 9,11% à 286,2 pence, accusant l'une des plus fortes baisses de l'indice FTSE des "midcaps.

Cela porte le repli de l'action à 49% à ce stade en 2016, après -18,9% en 2015, contre +1% pour l'indice midcaps depuis le début de l'année (après +8,4% en 2015).

Sports Direct, qui entend faire une pause dans son programme de rachat d'actions jusqu'à nouvel ordre, a dit s'attendre à la persistance de conditions difficiles à moyen terme.

(Paul Sandle; Patrick Vignal et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS