Spinlaunch lève 40 millions de dollars pour lancer les satellites à l'aide d'une catapulte électrique

La start-up américaine SpinLaunch a réussi le 14 juin une levée de fonds de 40 millions de dollars, notamment auprès d'Airbus Ventures. L'entreprise souhaite développer une catapulte électrique pour placer des satellites en orbite et réduire considérablement le coût des lancements.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Spinlaunch lève 40 millions de dollars pour lancer les satellites à l'aide d'une catapulte électrique
Un prototype de fusée élaboré par Spinlaunch.

L'idée est aussi intrigante que mystérieuse : placer en orbite des satellites grâce à une catapulte. C’est le projet de la start-up californienne SpinLaunch qui a bouclé le 14 juin une levée de fonds de 40 millions de dollars (environ 34 millions d’euros). Airbus Ventures, le fonds de capital-risque de l’avionneur français, fait partie des investisseurs avec Google et le fonds de capital risque KPCB.

SpaceX a déjà révolutionné le secteur spatial en fabriquant des fusées réutilisables mais SpinLaunch veut aller plus loin dans la réduction des coûts en développant le lancement spatial sans fusée. Les lanceurs : des gouffres à carburant et des engins disproportionnés par rapport à leur charge utile selon l’entreprise. La technologie de SpinLaunch s’appuie donc sur une catapulte électrique. Plutôt que de catapulte, il faudrait peut-être parler de fronde : le dispositif s’appuie sur l’énergie cinétique de rotation pour faire tournoyer un lanceur à plus de 8000 km/h avant de le relâcher et de l’envoyer aux frontières de l’espace.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

À terme, l’entreprise pense pouvoir proposer des lancements à 500 000 dollars avec plusieurs tirs par jour. L’entreprise vise un premier lancement en 2022.

Le fondateur déjà à l'origine de Titan Aerospace

Au delà de ces promesses, la start-up reste très discrète sur ses activités. Créée en 2014, son site web n’est accessible qu’à l’aide d’un mot de passe. Le fondateur de l’entreprise, Jonathan Yaney, se décrit comme un serial-entrepreneur et s’est exprimé à la presse en de rares occasions. En 2014, son frère et lui ont vendu à Google leur start-up Titan Aerospace, un projet de drones solaires conçus pour élargir l’accès à l’internet.

Contacté par L’Usine Nouvelle, Airbus Ventures n’a pas souhaité s’exprimer sur l’investissement. Créé en janvier 2016, le fonds dispose de 150 millions de dollars et a déjà investi dans plusieurs projets dont Bestmile qui a développé un logiciel pour gérer les flottes de véhicules autonomes.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS