Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

La société ISAR Aerospace a remporté le 30 avril la première place d’un concours organisé par les agences Spatiales européennes et allemandes. Cette distinction lui permettre d’accélérer son développement avec en ligne de mire un contrat de lancement avec l'agence allemande. Et témoigne de l’intérêt croissant du spatial européen pour les acteurs privés.

Partager
Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen
Propulsée par un mélange Lox-Propane, le petit lanceur d'ISAR Aerospace pourra emmener jusqu'à 1 tonne de charge utile vers l'orbite basse.

Pour le spatial européen, c’est un signal fort en direction des petits lanceurs privés. La société allemande ISAR Aerospace, qui développe la fusée Spectrum, a remporté le 30 avril la première place d’un concours organisé par les agences spatiales européenne (ESA) et allemande (DLR) à destination du secteur des micro et petits lanceurs.

L’entreprise bénéficiera d’une enveloppe de 11 millions d’euros pour accélérer son développement, et aura la DLR pour premier client. L’agence spatiale fournira en effet les satellites qui constitueront les deux premières charges utiles de la Spectrum, dont le premier vol est prévu pour 2022. C’est la première fois qu’un satellite d’une agence spatiale sera mis en orbite grâce à un acteur privé européen.

Sur les traces du partenariat entre SpaceX et la Nasa

Ce partenariat entre un acteur privé et une agence spatiale n’est pas sans rappeler le rapprochement entre SpaceX et la NASA aux Etats-Unis, de plus en plus érigé en modèle pour le spatial européen.

« Cela marque le début d’une nouvelle ère dans le domaine des vols spatiaux en Europe », s’enthousiasme Thomas Jarzombek, coordinateur du gouvernement fédéral pour la politique aérospatiale allemande dans un communiqué. « Nous posons les fondations de la nouvelle stratégie de l’ESA en matière de vols commerciaux. »

Du côté d’ISAR Aerospace, cette reconnaissance de la part des agences spatiales témoigne de l’intérêt croissant pour les solutions alternatives aux lanceurs traditionnels pour la mise en orbite de satellites de petites dimensions. Deux autres sociétés Outre-Rhin étaient en lice : Rocket Factory (RFA) et HyImpulse.

Une capacité d’emport d’une tonne

« Ce concours représente une étape importante pour nous, appuie Alexandre Dalloneau, responsable des missions et des lancements chez ISAR Aerospace. Il valide à la fois notre technologie et notre modèle économique. »

Avec une capacité d’emport de 1000 kg, le lanceur d’ISAR se situe dans la catégorie des petit lanceurs, au-dessus des micro-lanceurs pouvant mettre en orbite des charges jusqu’à 500 kg. Ces fusées ont l’avantage de pouvoir mettre en orbite plus rapidement les satellites de moins d'une tonne, qui doivent généralement attendre une place secondaire dans les coiffes des lanceurs de plus grandes dimensions.

Prendre le créneau du lanceur Vega

« C’est une charge utile intéressante car nous sommes capable de mettre en orbite des constellations de petits satellites mais également des satellites plus conséquents, explique Alexandre Dalloneau. Nous sommes sur le même marché que le lanceur Vega, qui va partir à la retraite entre fin 2022 et 2023. Nous espérons prendre le relais ». Et pour un coût bien moindre : s’il faut compter près de 45 millions d’euros pour un lancement avec Vega, une mise en orbite avec Spectrum, qui utilise un mélange LOx-Propane, coûtera selon ISAR autour de 12 millions. Pour baisser encore davantage les coûts, la société voudrait rendre sa fusée réutilisable d’ici à 2024-2025.

Actuellement, il faut environ 6 mois pour construire le lanceur dont le moteur utilise de très nombreuses pièces imprimées en 3D. ISAR Aerospace espère réduire ce délai à 3 mois. Les lancements pourront être effectués soit depuis le centre de Kourou en Guyane, privilégié pour les orbites géostationnaires, soit depuis le port spatial d’Andoya, en Norvège. Ce dernier est plus favorable aux mises en orbite héliosynchrones ou polaires.

Un autre élément qui a joué en faveur d’ISAR Aerospace : Airbus Defence & Space s’est positionné, il y a quelques semaines, en tant que futur client. Un accord de lancement (launch agreement service) a ainsi été conclu avec le fabricant de satellites. Il couvre le lancement d’un satellite, dont le type est encore inconnu, sur la période 2023 – 2028, ainsi qu’une option sur 6 lancements additionnels.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - VALOPHIS HABITAT

Gestion des compteurs d'eau et services associés

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS