L'Usine Agro

Spanghero retrouve en partie son agrément sanitaire

Publié le , mis à jour le 18/02/2013 À 18H13

[ACTUALISE] Le gouvernement a décidé d'autoriser Spanghero à retrouver son agrément sanitaire "pour les plats cuisinés, la découpe de viande et la charcuterie" , synonyme de reprise partielle de l'activité pour les 350 salariés de l'entreprise.

Spanghero retrouve en partie son agrément sanitaire © Google Maps

Sommaire du dossier

Actualisation 18h04 : A la suite de l'annonce de la décision du gouvernement de redonner en partie son agrément sanitaire à Spanghero, les dirigeants de sa maison-mère Lur Berri ont exprimé leur "grand soulagement".

"Nous nous félicitons du résultat des efforts et de la mobilisation de tous, salariés, syndicats et dirigeants", indiquent le président de Lur Berri, Sauveur Urrutiaquer, et son directeur général, Olivier Gemin, dans un communiqué.

"Toutefois, la relance de l'activité est conditionnée au retour rapide de la confiance de nos clients, ce qui peut demander un peu de temps, tempèrent-ils. Notre entreprise est en grand danger. Chaque jour compte pour en assurer la pérennité".

Dans un second communiqué, la direction de Lur Berri assure avoir "diligenté une enquête interne qui est toujours en cours dans le but de déterminer les différents niveaux de responsabilités". Le groupe précise que les activités de transformation, autorisées à nouveau, "représentent 97% de l'activité de la société" Spanghero, qui emploie, selon elle, 350 salariés à Castelnaudary.

"A ce stade, 80 % du stockage de toutes les viandes a été vérifié, le travail continue sur les 20 % restants", a indiqué Stéphane Le Foll à l'AFP. "Au regard du travail accompli et des conclusions qui m'ont été présentées ce matin (le 18 février), j'ai pris la décision de rétablir l'agrément pour les plats cuisinés, la découpe de viande et la charcuterie", a-t-il confirmé, estimant qu'il n'existe plus "le moindre doute" quant à la fiabilité de l'entreprise audoise.

Depuis la révélation du scandale de la viande chevaline retrouvée dans des plats surgelés ou préparés censés contenir de la viande de boeuf, le ministre prend le dossier à bras le corps.

Le 14 février, il avait annoncé le retrait de l'agrément sanitaire de Spanghero, soupçonnée d'avoir fraudé en remplaçant la viande de boeuf par de la viande de cheval. Si l'agrément est en partie redonné à Spanghero, l'activité d'entreposage de matières premières congelées reste interdite pour l'usine de Castelnaudary, dans l'Aude.

Stéphane Le Foll a également précisé que le rapport d'enquête sanitaire "complet et définitif" exigé par le gouvernement sur le fonctionnement de l'entreprise "sera rendu vendredi (le 22 février)", indique le ministre de l'Agriculture.

Les syndicats de l'entreprise doivent être reçus le 18 février au soir par Stéphane Le Foll et ses collègues Benoît Hamon (Consommation) et Guillaume Garot (Agroalimentaire).

Elodie Vallerey et Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte