Spanghero nomme un nouveau directeur général

La PME de Castelnaudary, impliquée dans la fraude à la viande de cheval, nomme Serge Renaudin comme nouveau directeur et met en place des tests ADN pour certifier que la matière première est bien de la viande bovine. Objectif : regagner au plus vite la confiance des clients.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Spanghero nomme un nouveau directeur général

Il était temps ! Un mois et demi après le déclenchement de l’affaire de la fraude à la viande de cheval, le fabricant Spanghero prend enfin des mesures pour restaurer la confiance de ses clients.

La PME de Castelnaudary (Aude), détenue par le groupe coopératif Lur Berri, a nommé le 28 mars un nouveau directeur général, Serge Renaudin, en remplacement de Jacques Poujol, écarté de l’entreprise le 22 mars. Reconnu dans la filière viande, Serge Renaudin a été longtemps le président du directoire du groupe coopératif Alliance-Cobevial, spécialisé dans l’abattage de bovins et de porcs et les produits transformés. "Serge Renaudin, a travaillé pendant trente ans au sein du groupe agro-alimentaire Alliance-Cobevial. Il y a notamment occupé les fonctions de directeur d’usine, directeur commercial et directeur général", souligne un communiqué du 28 mars.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Tests ADN

Pour regagner la confiance de ses clients, Spanghero indique avoir lancé le 25 février un audit interne par le cabinet Mazars, "afin de valider l’ensemble des processus et d’améliorer le système de contrôle qualité". La PME, qui affirme avoir renforcé ses procédures de contrôle bactériologique dans son laboratoire interne, indique avoir mis en place désormais des tests ADN réguliers "sur les lots de viande entrants quelle que soit leur provenance".

Spanghero, qui achète 80% de sa viande en France souligne par ailleurs qu’il va initier un processus de certification VBF (viande bovine française) et VPF (viande porcine française). "Nous avons donné pour mission à Serge Renaudin de relancer l’activité de l’entreprise au service de nos clients et mis en place un ensemble de mesures allant également dans ce sens. Nous sommes mobilisés au côté de nos salariés pour assurer la pérennité de Spanghero" a déclaré Barthélémy Aguerre, le président du conseil d’administration. Mais pas sûr que ces mesures suffisent à récupérer tout de suite l’ensemble des commandes perdues. La reconquête prendra certainement du temps.

Sur l’exercice 2011-2012, Spanghero affichait un chiffre d'affaires de 52 millions d'euros, en baisse de 7% sur l'exercice précédent, employant 299 salariés, pour une fabrication de 7 700 tonnes de produits élaborés et 8 400 tonnes en plats cuisinés.

Adrien Cahuzac

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS