SpaceX va bien envoyer une fusée (plus petite) vers Mars

Il s'agira d'un modèle plus petit que prévu, mais SpaceX confirme le démarrage de la construction de sa première fusée à destination de Mars en 2018.

Partager
SpaceX va bien envoyer une fusée (plus petite) vers Mars

La société américaine SpaceX prévoit de démarrer au début de l'année prochaine la construction de sa première fusée à destination de Mars, dont la taille sera cependant réduite par rapport au projet initial pour des questions d'économies de coûts, a annoncé vendredi 29 septembre le milliardaire Elon Musk.

Un premier voyage vers la planète rouge, sans passagers, est prévu en 2022, qui sera ensuite suivi d'un vol habité en 2024, a précisé Elon Musk, à la fois directeur général et responsable du design chez Space Exploration Technologies. L'homme d'affaires, également fondateur du constructeur d'automobiles électriques Tesla, a l'ambition de révolutionner les voyages dans l'espace en réduisant considérablement les coûts.

La première mission humaine de la Nasa, l'agence spatiale américaine (Nasa), à destination de Mars n'est prévue qu'une dizaine d'années après celle projetée par SpaceX. Il y a près d'un an, Elon Musk avait dit que SpaceX développait un lanceur et une capsule énormes, capables de transporter des dizaines de passagers vers Mars avec l'objectif ultime de coloniser la planète. Mais, lors d'une conférence à Adélaïde, il a déclaré que la société concentrait désormais ses efforts sur une seule fusée, plus courte et plus effilée.

"Nous voulons avoir un seul système. Si nous y parvenons, alors toutes les ressources (...) pourront être allouées à ce système. Je suis assez confiant dans notre capacité à mener à bien ce vaisseau et à être prêts pour un premier vol d'ici environ cinq ans", a estimé Elon Musk.

Acteurs privés et publics

Le vaisseau devrait être partiellement réutilisable et capable de voler directement de la Terre vers Mars. Comme dans le projet initial, la fusée devrait toujours avoir une capacité de 100 passagers.

Lockheed Martin a également annoncé ce vendredi ses ambitions en matière de vols habités vers Mars, dévoilant des esquisses d'une station spatiale tournant autour de Mars qui ferait office de "camp de base" et d'un véhicule de débarquement capable d'acheminer quatre astronautes sur la surface de la planète. "Nous savons qu'il fait froid, qu'il s'agit d'un environnement peu hospitalier, donc on va commencer avec des robot et ensuite on utilisera ces véhicules", a déclaré Rob Chambers, directeur de la stratégie vols spatiaux habités chez Lockheed, lors d'un entretien accordé à la Australian Broadcasting Corporation.

Il n'a pas donné de calendrier mais cette mission serait une expédition conjointe avec la Nasa, qui entend atteindre Mars au cours de la décennie 2030. Mars est à environ 225 millions de kilomètres de la Terre et envoyer des humains sur la planète rouge, après un voyage de six à neuf mois, reste un objectif extrêmement ambitieux.

D'autres acteurs, privés et publics, nourrissent des ambitions spatiales. La société Blue Origin, mise sur pied par le fondateur d'Amazon.com Jeff Bezos, met au point un vaisseau imposant, appelé New Armstrong, capable d'assurer des services de transport vers Mars. La Russie et la Chine préparent chacun des vols habités vers la Lune et Moscou a accepté de coopérer avec la Nasa pour fabriquer une station spatiale dans l'orbite lunaire qui servirait de relais pour des missions futures.

(par Sonali Paul et Tom Westbrook, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Nicolas Delame)

0 Commentaire

SpaceX va bien envoyer une fusée (plus petite) vers Mars

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS