Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Souveraineté oblige, DCNS veut avoir son mot à dire concernant la reprise de STX

Hassan Meddah , , ,

Publié le

Les Chantiers de Saint-Nazaire ne sont pas seulement un fabricant de navires de croisière. Ils sont aussi un partenaire majeur de DCNS pour la construction des navires de guerre pour la France et ses alliés stratégiques. Or parmi les repreneurs potentiels figurent le néerlandais Damen et l'italien Fincantieri, des concurrents directs auprès des marines étrangères.

Souveraineté oblige, DCNS veut avoir son mot à dire concernant la reprise de STX
NCL Norwegian Epic, plus grand paquebot construit a St nazaire dont la livraison est prevue fin mai 2010 doc STX
© Salque Jean-Louis D.R.

Les entreprises citées

DCNS suit de très près le dossier de reprise de STX France. S'il n'exclut pas une entrée au capital dans les Chantiers de Saint-Nazaire, le groupe de défense barré par Hervé Guillou n'entend pas en devenir l'actionnaire majoritaire unique. "Il nous manque deux atouts : la connaissance du marché de la croisière et la capacité à financer les énormes variations de cash liées à ce marché", a justifié mercredi 12 octobre, Hervé Guillou, son PDG lors d'une conférence de presse en amont du salon Euronaval dédié à la défense et la sécurité maritime.

Pour autant, le fabricant tricolore ne se désintéresse pas de l'affaire soulevant des questions de souveraineté. En effet, parmi les repreneurs possibles figurent deux de ses concurrents directs : l'italien Fincantieri et le néerlandais Damen. Or, STX France est un partenaire stratégique avec lequel il a des accords pour répondre en cas de besoins souverains de la France. S'il fallait construire un nouveau porte-avion ou un futur porte-hélicoptères, les chantiers de Saint-Nazaire restent incontournables pour DCNS. STX apporte sa capacité de réalisation et d'assemblage des bâtiments d'un tonnage supérieur au 11000 tonnes. Ses équipes participent directement aux offres, réalisent un certains nombres d'études d'ingénierie, et contribuent aux chiffrages des projets. Ainsi les BPC commandés par les Russes mais finalement revendus à l'Egypte ont été fabriqués à Saint-Nazaire. "Il faut que ce partenariat stratégique pour nous et pour la France puisse être respecté et pérennisé", souligne Hervé Guillou. Cette coopération est étendue à l'international. En Inde, les équipes de DCNS et STX collaborent sur le projet de porte-hélicoptère (LHD).

Ne pas rallumer de guerre franco-française

D'autre part, DNCS craint qu'en fonction du profil de repreneur, la reprise de STX rallume une guerre franco-française qui a été préjudiciable par le passé à toute l'industrie de défense navale.Dans les années 80 et 90, cette concurrence a été contre-productive avec "des bagarres à mort entre Français" pour gagner des contrats exports auprès des marines au Pakistan, en Afrique du Sud, au Brésil. Résultat: quand les offres françaises se torpillaient mutuellement, l'Allemand TKMS remportait la mise. "Il faut garder un schéma commercial qui respecte ce qui a marché : c'est à dire l'équipe de France. (…) Je veillerai à ce que l'on ne rallume pas la guerre entre Lorient, Saint Saint-Nazaire,Concarneau et Bordeaux", a expliqué Hervé Guillou. Un risque réel si l'un de ses concurrents directs mettait la main sur STX France. Toutefois, Bercy est également vigilant. Selon l’identité de l’acquéreur, l'Etat a précisé qu'il pourrait mobiliser la réglementation des investissements étrangers en France, "qui lui donne des moyens importants pour s’opposer à une prise de contrôle des Chantiers de Saint Nazaire qui ne serait pas conforme aux intérêts nationaux".  

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle