Soutien à l’industrie automobile : Bruxelles n’a pas de pétrole mais des idées

Lors d'une réunion sur la crise du secteur automobile, les ministres de l'industrie européens ont reconnu que l'Union européenne avait peu de moyens pour y répondre. La mise en place d'un plan d'actions a toutefois été confirmée. Il devrait se concentrer sur l'innovation, l'établissement d'accords commerciaux "équilibrés" et l'anticipation des restructurations.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Soutien à l’industrie automobile : Bruxelles n’a pas de pétrole mais des idées
Le commissaire européen à l'Industrie, Antonio Tajani

S'ils ont souligné l'importance de l'industrie automobile pour la croissance européenne, les ministres de l'Industrie ont reconnu lundi 10 décembre que l'Union manquait de moyens pour répondre à la crise qui frappe le secteur.

Réunis à Bruxelles, ils ont ainsi tenu à souligner que l'industrie automobile est "un contributeur majeur à la croissance et à l'emploi". L'Union européenne compte en effet près de 180 sites de production. En prenant en compte les sous-traitants et équipementiers, le secteur représente pas moins de 12 millions d'emplois.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les ministres ont également mis en avant la contribution positive du secteur, plus de de 90 milliards d'euros en 2011, à la balance commerciale de l'Union, pourtant largement déficitaire (-160 milliards d'euros toujours en 2011).

Mais avec la forte chute des ventes depuis 2007, les usines européennes font face à un grave problème de surcapacité. Alors que des ajustements et des fermetures sont déjà prévus, beaucoup de sites produisent toujours à moins de 80% de leurs capacités et sont donc menacées.

Le doublement des fonds européens à l'innovation envisagé

Face à ce problème de surcapacité, le commissaire européen chargé de l'Industrie, Antonio Tajani a remis sur la table son plan d'action. Il prévoit notamment d'appuyer l'innovation, sachant que l'industrie automobile investit déjà chaque année près de 28 milliards d'euros en recherche et développement. Antonio Tajani a ainsi indiqué vouloir augmenter d'un milliard d'euros l'enveloppe des fonds européens de soutien à l'innovation, qui passerait ainsi à deux milliards d'euros pour la période 2014-2020.

Baptisé "Cars 2020", le plan d'action prévoit également l'ouverture des marchés extérieurs grâce à la mise en place d'accords commerciaux "équilibrés".

Bruxelles compte aussi surveiller les restructurations en cours et à venir. Le commissaire à l'Industrie a ainsi proposé la création d'une "task force" au niveau européen, qui devra rendre compte des conséquences des fermetures d'usines de construction automobile. "Il ne s'agit pas d'imposer un fardeau sur le dos des entreprises", a précisé Antonio Tajani.

"Il y a actuellement un problème de surcapacité mais c'est à l'industrie de décider, de trancher, de faire ses choix", a-t-il insisté. "Nous n'avons pas les compétences et le pouvoir pour intervenir au niveau de l'UE", a-t-il ajouté avant de prévenir qu'il "faudra sans doute passer par quelques restructurations qui devront être accompagnées".

Julien Bonnet

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS