SOUS-TRAITANCESIERA CHERCHE UNE SOLUTION SANS PEUGEOTLa Sogedac avait incité les découpeurs francs-comtois à se regrouper. Mais la nature de leur fabrication n'en fait plus des fournisseurs de premier rang.

Partager

SOUS-TRAITANCE

SIERA CHERCHE UNE SOLUTION SANS PEUGEOT

La Sogedac avait incité les découpeurs francs-comtois à se regrouper. Mais la nature de leur fabrication n'en fait plus des fournisseurs de premier rang.



Douze entreprises indépendantes en 1987, un seul groupe en 1995. En huit ans, le secteur du découpage-emboutissage s'est réduit comme peau de chagrin en Franche-Comté. Jusque dans les années 80, le groupe Peugeot avait porté l'activité et contribué à la création d'un réseau de petites entreprises évoluant le plus souvent dans ces créneaux spécialisés. Mais la fin des années 80 a marqué un brusque revirement stratégique et le point de départ d'un mouvement de concentration particulièrement intense. Soucieux de rationaliser l'organisation de ses approvisionnements - comme la plupart des constructeurs d'automobiles mondiaux -, le groupe PSA a incité ses sous-traitants à accroître leur taille et à se fortifier. Pour répondre aux attentes de la Sogedac, la centrale d'achats du constructeur, trois groupements avaient été mis en place : Siera, Premeco et Gider. Mais, cinq ans plus tard, après de multiples péripéties et plusieurs dépôts de bilan, seul le premier est encore en activité. Associant RDT dont le directeur est Jean-Claude Lazzaris, Savreux-Clausse dirigé par Bernard Bailly et Crelerot dont le P-DG est Gérald Bonne, la SARL Siera représente 90millions de francs de chiffre d'affaires. Les dirigeants des trois entreprises expliquent sa réussite par l'esprit de solidarité qui s'est développé "au fur et à mesure des problèmes qui se sont présentés et qui ont été résolus" et par la complémentarité des vocations. "Sur le marché des petites pièces sur plan, nous couvrons pratiquement toute la gamme des besoins." Avec un parc de presses dont la puissance varie de 15 à 320tonnes et des techniques de mise en oeuvre particulièrement diversifiées, la production globale représente plus d'un millier de modèles de pièces différentes en petite, moyenne ou grande séries. Grâce aux efforts réalisés dans le domaine de la qualité, les trois PMI ont été classées " A " par PSA, et elles jouent depuis plusieurs années la carte du service par rapport aux sites de Sochaux et Mulhouse, dont elles sont proches. "Nous avons toujours mis un point d'honneur à les dépanner, même dans des situations difficiles", expliquent les trois dirigeants, présents sur un stand unique, au récent salon de la sous-traitance Alliance, à Lyon.

Une diversification du marché en France et à l'export

Mais, malgré l'existence de la société commune, les trois PMI sont conscientes d'être à la croisée des chemins, car elles ne figurent plus dans le panel de la Sogedac en tant que fournisseurs cibles. "Notre taille étant jugée insuffisante, nous devons trouver une solution de type deuxième rang." Or les diverses négociations entamées jusqu'à présent ont toutes échouées. Les dirigeants l'expliquent par la spécificité de leur métier. "Contrairement à de nombreux sous-traitants, nous ne produisons pas des composants destinés à s'intégrer dans des sous-ensembles, mais une multitude de petites pièces de liaison et de fixation qui sont directement installées sur les véhicules." Dans ce contexte, ils estiment "qu'on n'augmente pas la valeur ajoutée des prestations en faisant intervenir une structure entre eux et les usines de montage". Jugeant la situation difficile - mais espérant néanmoins trouver un compromis avec le constructeur, qui représente, selon les cas, entre 30 et 50% de leur chiffre d'affaires-, les trois PMI ont entamé un effort de diversification de leur marché. Des résultats ont déjà été obtenus avec des fabricants de textile, d'électroménager, de matériel électrique, de produits pour le B-TP, etc. Depuis un an, pour accroître sa clientèle en France et à l'export, Siera a recruté un responsable commercial trilingue. Les premières retombées se concrétisent avec plusieurs groupes étrangers. Des pièces devraient être livrées à Volkswagen, et ceci dès l'automne prochain.

USINE NOUVELLE N°2505

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    PRESENTS
ARTICLES LES PLUS LUS