Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Sous-traitance : le logiciel qui traduit toutes les demandes

, , , ,

Publié le

en couverture Grâce au projet Auto-Gration, les messages électroniques que la PME Le Joint Technique échange avec ses donneurs d’ordres sont traduits automatiquement.

Sous-traitance : le logiciel qui traduit toutes les demandes
Ici, à chaque client sa recette de caoutchouc spécifique, d’où l’intérêt d’un traducteur universel des données informatisées.
© crédit photo

Parfois, une contrainte peut être transformée en avantage concurrentiel. Chez Le Joint Technique, comme chez tous les sous-traitants automobiles, les échanges de données informatisés (EDI) sont un prérequis pour chaque nouveau contrat. Fabricant de solutions d’étanchéité, la PME rhônalpine (80 salariés, 7,5 millions d’euros de chiffre d’affaires) ne traite pas avec un ou deux constructeurs, mais avec une multitude d’équipementiers. Voilà pourquoi elle a dû construire et maintenir un système de traduction de messages électroniques aussi complexe que critique. "Un seul bug suffit à retarder le paiement d’une facture ou empêcher que nos pièces soient expédiées, explique Henri Pain, le président du Joint Technique. Il y a de quoi vous empêcher de dormir."

Entre la multiplication des références de pièces, la nécessité de livrer en juste-à-temps et les commandes prévisionnelles qui s’actualisent en permanence, les fournisseurs ont tous les jours des milliers de lignes de commandes à gérer. Bien sûr, ces échanges électroniques sont standardisés. La norme Odette (Organisation for data exchange by tele transmission in Europe) définit les différents types de messages tels que les commandes, les factures, les appels de livraisons, la vérification de disponibilité… Elle n’a cessé d’être déclinée au fil des ans. Par pays : via le Groupement pour l’amélioration des liaisons dans l’industrie automobile en France, et VDA en Allemagne. Par constructeur : une entreprise qui travaille à la fois pour Renault et pour PSA devra avoir deux systèmes distincts de traduction de messages.

Une supply chain plus efficace

Odette ne concerne que le dialogue avec les constructeurs. Au-delà du rang 1, toutes les libertés sont possibles ou presque. Les PME encaissent donc le coût de l’adaptation aux standards EDI de chacun de leurs donneurs d’ordres. "Et la situation est identique dans plusieurs autres secteurs, comme l’aéronautique ou le médical. Aujourd’hui, être un sous-traitant multiclient et multisectoriel coûte cher en développement informatique", déplore Henri Pain. Ces raisons ont poussé Le Joint Technique à s’intéresser à Auto-Gration, un projet européen d’échanges universels de données. "Lancé en 2009 à l’initiative de l’Union européenne, il a pour but de faciliter la dématérialisation chez les PME, commente Jörg Walther, le responsable Auto-Gration au sein du comité Odette International. Plus il y aura de PME utilisant des systèmes d’échanges de données informatisées, plus la supply chain automobile sera efficace."

Opérationnel depuis 2012, le standard Auto-Gration consiste en une plate-forme open source de traduction de messages, dont le format, fondé sur le langage XML, est compatible avec toutes les déclinaisons actuelles et à venir du standard Odette. "Concrètement, il s’agit d’une passerelle logicielle qui récupère les messages dans le système d’informations du donneur d’ordres, puis les rapatrie dans l’ERP du sous-traitant. Ces messages deviennent ceux que la PME utilise en interne et transmet à ses propres fournisseurs", explique Franck Chekki, le directeur des marchés industriels chez Cegid, un éditeur d’ERP qui participe à Auto-Gration.

Le Joint Technique a fait office de cobaye pour le projet : l’installation de la solution n’a, toutefois, pas duré plus de trois jours. "C’est globalement le temps qu’il fallait pour développer et tester une plate-forme EDI traditionnelle, sauf qu’ici le développement est fait une fois pour toutes, se réjouit Guillaume Pain, le directeur général de l’entreprise. Avant Auto-Gration, il fallait développer une nouvelle passerelle de communication pour chaque nouveau client et chaque fois qu’un client existant ouvrait une nouvelle usine." À chaque fois, il fallait payer un prestataire en informatique industrielle. Le directeur général se chargeait personnellement des tests, ce qui lui prenait beaucoup de temps. "Auto-Gration nous a permis de nous concentrer sur notre cœur de métier, assure Guillaume Pain. Nous préférons recruter des ingénieurs pour développer de nouveaux produits plutôt qu’embaucher des informaticiens pour maintenir un système de communication."

Des opportunités à l’international

Les dirigeants du Joint Technique ont gagné en sérénité. "Nous n’avons plus à nous préoccuper du standard EDI du client, car notre ERP est capable de traduire tous les messages, confirme Guillaume Pain. Désormais, nous mettons en avant notre compatibilité Auto-Gration dans le démarchage de clients étrangers." Si ce programme est peu connu en France, de grands groupes comme Ford, Volkswagen, BMW et Skoda commencent à le déployer auprès de leurs sous-traitants, notamment pour la gestion des factures et des instructions de livraison. Si cette liste d’utilisateurs continue d’augmenter, Auto-Gration pourrait devenir une source d’opportunités pour les sous-traitants français, qui veulent se développer à l’international.

La nouvelle norme outre-Rhin 

Le projet européen Auto-Gration s’inscrit dans la démarche de dématérialisation engagée par l’Union européenne. Il a pour objectif de démocratiser les échanges électroniques en offrant une alternative économique au développement de passerelles sur mesure, qui était jusqu’à présent l’usage dans le secteur automobile. Aujourd’hui, plusieurs éditeurs français proposent des produits certifiés Auto-Gration en France, à l’instar de Cegid, Galion, Infodev, Infor ou Silverprod. En revanche, les constructeurs et les équipementiers français tardent à promouvoir le standard auprès de leurs sous-traitants, en comparaison de leurs voisins allemands. Outre-Rhin, l’association VDA vient d’annoncer que les messages Auto-Gration deviendraient la norme pour toutes les communications avec les PME.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle