Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Sous-traitance: Christian Estrosi fait le bilan d'étape de la médiation

,

Publié le

En déplacement à Metz, Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, a dénoncé les pratiques de certains donneurs d’ordres envers leurs sous-traitants, assimilant les mauvaises pratiques à de "l'innovation-killer". Il a par ailleurs salué le travail du médiateur de la sous-traitance Jean-Claude Volot.

Sous-traitance: Christian Estrosi fait le bilan d'étape de la médiation © Nice Matin/Serge Haouzi

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

" Les mauvaises pratiques fragilisent fortement le tissu des PMEqui sont le premier gisement de croissance et d’emplois de notre pays. Ellestraduisent une vision étroite de réduction des coûts qui n’intègre pasune approche globale des coûts de production, de mise au point et demise sur le marché." En déplacement à Metz, le ministre de l'Industrie n'a pas mâché ses mots pour dénoncer certaines pratiques liées à la relation entre clients et fournisseurs. C'est à l'ENIM (Ecole Nationale des ingénieurs de Metz), dont est issu Jean-Claude Volot, le médiateur à la sous-traitance industrielle, que Chrisitian Estrosi avait décidé de réaliser le premier point depuis la mise en place de la « médiation » en avril dernier. Lors de son discours,Christian Estrosi, a dénoncé les mauvaises pratiques dont font montre certains donneurs d’ordres, pointant particulièrement ceux issus du domaines de l’automobile, de l’électronique, du ferroviaire, des télécoms et du bâtiment.

Il a ainsi pointé les relations entre clients et fournisseurs « qui s’apparente très souvent, (…) à une relation « dominant-dominé », plus qu’à une relation clients fournisseurs. » Christian Estrosi a ainsi évoqué « les conditions proprement insupportables dans lesquelles se déroulent ou s’interrompent certaines transactions. C’est le cas par exemple du calendrier de baisse des prix que se voient imposer certains fournisseurs sans avoir en retour aucun engagement ni de volume, ni de durée de la part de leur client. »   Le ministre de l’Industrie a aussi relevé la prise en charge par les entreprises sous-traitantes du coût d’un défaut de conception malgré un respect du cahier des charges qui leur était imposées comme une mauvaise pratique trop courante. "Ce que je veux, c'est qu'il soit mis un terme à toutes ces pratiques, qui, sous couvert de compétitivité, ne font que ruiner la performance globale de notre industrie", a insisté le ministre.

La médiation est bien dans son esprit le véhicule pour ce faire et lors de son discours, le ministre a rappelé la feuille de route assignée à Jean-Claude Volot à savoir :

  • Examiner la situation de chaque entreprise demanière concrète, factuelle et totalement confidentielle;
  • Rapprocher les positions divergentes à partird’une expertise technique des dossiers ;
  • Proposer des solutions concertées et adaptéesavec les fournisseurs et les clients ;
  • Anticiper les risques par des approches sectorielles et en alerter le gouvernement.

Depuis sa création, la médiation a déjà reçu une dizaine de demandes en actions collectives, issues pour la plupart des fédérations, qui représentent environ 500 entreprises, auxquelles s'ajoutent 50 demandes individuelles, "cela représente 70 000 salariés", s'est exclamé Christian Estrosi. Dans le cadre de l’action du médiateur, un rapport annuel sur l’état d’avancement de la mission sera remis au service du ministre afin d’améliorer les pratiques, y compris dans le domaine réglementaire.

? Retrouvez l'interview de Jean-Claude Volot : "Carlos Ghosn a un coup de retard"

? Lire aussi : Un battant pour défendre la sous-traitance

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

09/06/2010 - 17h13 -

....Ses ressources humaines et s'autorisant des délits de marchandage avec cette PME en toute impunité. Les relations "clients-fournisseurs" n'existent plus dans l'industrie automobile française et le tissus de PME en sous-traitance dans les services et l'engenérie. C'est le pot de terre contre le pot de fer, marche-ou-crève. Triste constat... basé quand même sur 27 annnées d'expertise au service de Renault !
Répondre au commentaire
Nom profil

07/06/2010 - 18h34 -

Bravo excellente initiative.
Ce médiateur nous aurait été bien utile l'année dernière quand un acteur de la grande distribution a déréférencé nos produits sans délai alors que nous avions signé trois mois plus tôt un contrat de 2 ans !
Les rapports Grande distrib/ PME doivent clairement aussi rentrer dans le champ d'application de ce médiateur.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle