Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Sous tension en France, Merck Serono réorganise sa production de Lévothyrox

Elodie Vallerey , ,

Publié le

La hausse de la demande au niveau mondial et l’arrêt de la production de lévothyroxine par des génériqueurs contraint le laboratoire Merck Serono à augmenter ses cadences et réorganiser sa production en Allemagne pour satisfaire le marché français.

Sous tension en France, Merck Serono réorganise sa production de Lévothyrox

Début août, la filiale française du laboratoire pharmaceutique Merck Serono (groupe Merck) informait dans une lettre les prescripteurs et les pharmaciens d’officine de l’hexagone de possibles ruptures de stocks du médicament Lévothyrox, prescrit dans le traitement de l’hypothyroïdie.

"Des mesures sont en cours afin d’accroître nos capacités de production. Cependant, ces difficultés pourraient se poursuivre dans les prochains mois et la distribution de ces spécialités reste à ce jour contingentée", prévenait le laboratoire.

L'usine allemande de Darmstadt ne tient plus la cadence

Une situation qu’a dénoncé le 8 août une association de patients français atteints d’hypothyroïdie, pourtant soulignée par Merck Serono dès le mois de juin.

En cause, une hausse mondiale du nombre de patients traités avec la lévothyroxine, une hormone thyroïdienne de synthèse prescrite dans les cas d'hypothyroïdie ou de thyroïdectomie. Ils seraient plus de trois millions en France, selon des chiffres de l’ANSM.

Interrogée par L’Usine Nouvelle, la direction de Merck Serono cible également l’arrêt de la production de lévothyroxine par deux génériqueurs français (Biogaran et Teva, ndlr). "Nous sommes sous tension car notre usine de production de Darmstadt, en Allemagne, ne tient pas la cadence consécutive à cette hausse de la demande", confie-t-on chez Merck.

Equipes en trois-huit, nouveau sous-traitant pour le conditionnement des produits

Incitée par l’ANSM à multiplier les actions pour accroître sa capacité de production, Merck Serono a réorganisé son site de la région allemande de Hesse. "Nous avons augmenté les shifts. Les équipes travaillent actuellement en trois-huit", indique-t-on.

Le problème de cadence se situant au stade du conditionnement du produit pour le marché français, Merck Serono a fait appel à un nouveau sous-traitant près de son site de Darmstadt. "La mise en place se fait petit à petit. On espère une amélioration de l’approvisionnement vers la France dès la rentrée, et une levée des mesures de contingence à la fin de l’année", détaille-t-on.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le laboratoire évoque également qu'"au niveau mondial, un site de production alternatif est en cours d’homologation". 

En attendant, en accord avec l’ANSM, en plus de la mise à disposition de conditionnements hospitaliers pour les patients des pharmacies de ville, Merck Serono a été contraint d'importer sur le marché français l’Euthyrox, un bio-équivalent du Levothyrox commercialisé en Italie sous licence Merck.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

13/10/2017 - 14h16 -

"Sous tension"... mais tel n'était pas finalement le but de la manoeuvre ? Etre appelé à la rescousse tel un véritable sauveur après avoir pris en otage des milliers de personnes. Au final, tout va bien, merci à l'ANSM d'avoir fait ce que l'on attendait d'elle à grand renfort d'articles et de déclarations. L'intérêt des actionnaires est préservé. C'est ce qui compte.
Répondre au commentaire
Nom profil

27/10/2017 - 01h36 -

Marie-louise avez vous noté la date de cet écrit ? ^_" = Publié le 09/08/2013 À 16H01 donc c'était suite à la rupture de stock de 2013 et non pas cette crise sanitaire actuelle ! Bon courage à vous si vous êtes concernée ( moi, je le suis et me bats ) ;)
Répondre au commentaire
Nom profil

14/11/2017 - 09h07 -

Oui, 2013 . Comment expliquez vous qu'en 2017 il n'est plus possible d'importer sur le marché français ce même médicament destiné aux italiens et fabriqué en France ?"Mais l’origine de certaines matières premières et le procédé de fabrication sont différents" nous dit un responsable de Merck . Ah bon ? lequel a modifié ses matières premières et depuis quand ? celui fabriqué en Allemagne ou celui fabriqué en France ? N' était ce pas la réelle cause de la pénurie de 2013 ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle