Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Sous pression, l’allemand RWE va se scinder en deux

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

A l’instar de son compatriote E.on, l’énergéticien allemand RWE va séparer ses activités de production traditionnelles, de celles dans les énergies renouvelables.

 

 

Décidément l’Energiewende, la transition énergétique allemande, aura bouleversé le paysage énergétique industriel allemand. Le deuxième énergéticien du pays vient d’annoncer, par le biais d'un communiqué, la scission de son groupe. Il n’est plus capable de faire face aux difficultés du secteur énergétique européen, déstabilisé par le manque de croissance, la sortie du nucléaire en Allemagne et la place prioritaire des énergies renouvelables sur les réseaux.

Dans la suite d'E.on

"RWE va transférer ses opérations liées aux énergies renouvelables, aux réseaux et à la distribution en Allemagne et à l'étranger à une nouvelle filiale et l'introduire en bourse", décrit ainsi la société qui envisage cette opération pour fin 2016. RWE, pour sa part, conservera les activités traditionnelles dans les énergies thermiques (charbon et gaz) et nucléaires.

RWE emboîte donc le pas à son compatriote E.on qui, en 2014, a déjà annoncé le découpage de sa société. E.on veut devenir une société spécialisée dans les énergies renouvelables et les réseaux intelligents, tandis que les centrales thermiques et nucléaires rejoindront le giron d’une nouvelle entreprise, Uniper dont la création est prévue pour janvier 2016. "Le modèle d’E.on avec un large éventail d’activités ne correspond plus aux nouveaux défis. C’est pourquoi nous voulons nous repositionner de manière radicale", avait justifié le PDG Johannes Teyssen.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/12/2015 - 11h52 -

Et clairement comme pour E.On, ça ressemble énormément à une structure de défaisance. Sauf que le gouvernement allemand a déjà froncé les sourcils à l'idée que le nucléaire se retrouve dans une structure qui ne puisse pas gérer son démantèlement, donc le plan RWE va achopper lui aussi là dessus.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle