Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Sous le Groenland, le réchauffement met au jour une bombe nucléaire à retardement

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Sous l'effet du changement climatique, une base américaine abandonnée risque de surgir de la glace du Groenland. D’ici 75 ans, des centaines de milliers de litres d’eaux radioactives et de fioul pourraient gravement polluer la zone.

Sous le Groenland, le réchauffement met au jour une bombe nucléaire à retardement © Geophysical Research Letter

Le réchauffement climatique risque de révéler de mauvaises surprises. Avec le dégel de certaines zones de la planète, des terres jusqu’alors confinés par le froid se retrouvent à l’air libre. Une étude parue dans Geophysical Research Letter met ainsi grandement en alerte sur le cas de Camp Century au Groenland. Un vestige de la guerre froide que l’on croyait bloqué à tous jamais sous des mètres de neiges éternelles.

A partir de 1959, dans le cadre d’un accord avec le Danemark, Les Etats-Unis entreprennent la construction d’une immense base dans la glace du Nord du Groenland. L’installation de 55 hectares est imaginée pour déployer des missiles balistiques pointés vers l’URSS. Dans ce cadre, quatre kilomètres de galeries sont creusés pour entreposer près de 600 ogives nucléaires. Mais face à des difficultés géologiques, la base est finalement abandonnée en 1967.

240 000 litres d’eau radioactive

Les américains procèdent à un démantèlement minimum se contentant de récupérer le petit réacteur nucléaire qui alimentait le site en énergie. En revanche, l’enceinte de confinement et les déchets engendrés par les opérations sont laissés sur place aux bons soins de la glace qui, par couches successives, scellera la base dans un tombeau perpétuel. Mais Les 36 mètres de glace qui recouvrent Camp Century sont en train de fondre. 14 milliards de tonnes se sont liquéfiées entre 2007 et 2011. A ce rythme, Camp Century pourrait être entièrement libre d’ici 2090, rapportent les auteurs de l’étude.

Une échéance lointaine à première vue. Sauf que, d’ici là, le nettoyage de ce site est impératif car la fonte de glace pourrait remettre en circulation dans l’océan Atlantique 200 000 litres de fioul, 240 000 litres d'eaux usées radioactives. Sans compter des masses de produits chimiques comme du PCB. Qui va payer pour démanteler ces installations ? La base se situe sur le territoire danois. Mais l’accord des années 50 indique que ces installations demeurent la propriété des Etats-Unis. Les auteurs rappellent que cette installation a été imaginée dans le cadre de l’Otan et implique donc d’autres parties.  

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

15/11/2016 - 00h56 -

En somme, En rechauffant la planete, notre industrie civile va nous exposer au risque que notre industrie militaire a enfoui :) Tres bon article, merci !
Répondre au commentaire
Nom profil

30/08/2016 - 01h10 -

Voilà le risque de l'industrie nucléaire. Elle nous affirme pouvoir tout contrôler mais laisse la gestion de ses déchets pour des milliers d'années aux générations futures. Si nos ancêtres avaient agit avec la même insouciance et la même désinvolture que serions-nous et existerions nous aujourd’hui ?
Répondre au commentaire
Nom profil

05/11/2016 - 14h27 -

Mettre l'industrie énergétique nucléaire dans le même sac que celle de l'armement ( et de plus pendant la guerre froide) est un raccourci trop facile et prouvant la bassesse de vos connaissances. La situation décrite reste très critique, mais nous connaissons le pollueur, demandons lui de nettoyer !!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle