Sous la pression de Ford, First Aquitaine Industries ferme le robinet

Partager

Explications de texte ce lundi matin 20 septembre, à l’attention des membres du comité d’entreprises de FAI (First Aquitaine Industries), qui n’avaient pas été informés de l’action engagée par le constructeur Ford à l’encontre de FAI.

Jeudi dernier, le tribunal de commerce de Bordeaux rendait une ordonnance de référé, interdisant désormais à FAI de prêter de l’argent à la Holding HZ et à sa filiale française Ascoforge-Safe, implantée en Lorraine.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour bien comprendre le déroulé de ce dossier, il faut rappeler que le constructeur américain Ford a cédé son unité girondine tournée vers la fabrication de transmissions automatiques, à Blanquefort (Gironde), en février 2009 à la holding allemande HZ, associée à l’équipementier Hay.

Bon prince, Ford s’engage à se fournir en transmissions jusqu’à fin 2011 auprès de l’unité girondine. De même, il met à disposition une enveloppe de 80 millions d’euros afin que FAI puisse s’engager dans la voie de la diversification.

Le 29 avril dernier, un CE extraordinaire, évoquait la filialisation par FAI, d’Ascoforge-Safe, à Hagondange, spécialisée dans les pièces forgées à chaud, que détient HZ. Autant dire que les membres du CE de FAI n’étaient pas très partants pour cette filialisation, qui à leur sens plaçait leur entreprise en pourvoyeur de fonds d’une PME mal en point.

Des prêts d’un montant de 5 millions d’euros en faveur de Safe ont été consentis, sans qu’ils aient été aujourd’hui remboursés.

Face à un conseil de surveillance de FAI, qui réunit représentants de Ford et de HZ, aux vues divergentes, le constructeur américain a dit stop, en attaquant FAI devant le tribunal de commerce de Bordeaux, pour mettre un terme aux transferts de fonds.

Pendant ce temps, dans l’usine de Blanquefort qui emploie 1 500 salariés, certains préparent la mobilisation. Une grande manifestation est prévue lors du prochain « Mondial de l’Automobile » qui se tiendra à Paris, du 2 au 17 octobre prochain.

Sauf que les avis divergent. « Nous sommes contre cette mobilisation au Mondial de l’Automobile, le 2 octobre prochain. On ne peut pas demander que Ford s’engage dans la reprise du site et en même temps manifester devant son stand. C’est se tirer une balle dans le pied » explique Jean-Michel Caille, délégué syndical CFE/CGC.
Certains élus locaux, eux, approuvent la mobilisation. « Je participerai à la marche des salariés au salon de l’automobile », annonce Joan Taris, conseiller régional d’aquitaine, conseiller municipal de Blanquefort et président du Modem Gironde, « Il faut se battre, non pas pour obtenir des compensations périphériques à une fermeture du site, mais pour le maintien de celui-ci, sa consolidation et sa diversification, conformément aux engagements pris lors de la reprise. C’est la seule ligne de conduite possible ! ».

Reste qu’il faut financer le voyage. Le CE de FAI a été sollicité à hauteur de 40 %. Un vote négatif. Il ne s’agit pas là d’une action sociale.


De notre correspondante en Aquitaine, Colette Goinère


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS