SOUPLESSESefac Estampage adopte la production en ilôtPour développer leur réactivité, les forges du groupe AFE raccourcissent le cycle de production et misent sur la formation.

Partager

SOUPLESSE

Sefac Estampage adopte la production en ilôt

Pour développer leur réactivité, les forges du groupe AFE raccourcissent le cycle de production et misent sur la formation.

Ala forge Sefac Estampage de Monthermé (Ardennes), on ne parle que de "lui". "Lui", c'est un îlot de production pilote dont chacun célèbre les prouesses. Grâce à lui, le cheminement des pièces dans l'atelier a été réduit de 950 à 80mètres. Et le cycle moyen de production (entre le chauffage de la pièce et l'expédition au client) est passé d'un mois et demi à deux jours. Qui l'aurait cru il y a seulement un an? Pour l'unité, dont les méthodes de travail n'avaient guère évolué depuis longtemps, c'est une véritable révolution. Si André Brunet a décidé de se lancer dans l'aventure, c'est que la situation était grave. AFE Estampage, dont il a pris récemment les commandes, compte deux forges (l'autre est à Bourth, dans l'Eure), avait vu son chiffre d'affaires régresser de 130millions de francs en 1992 à 100millions en 1993. Plutôt que de licencier, André Brunet a choisi de transformer l'organisation du travail pour instituer une plus grande réactivité vis-à-vis des donneurs d'ordres.

Qui dit îlot de production dit polyvalence des opérateurs. "A terme, ceux-ci devront pouvoir occuper de deux à cinq fonctions différentes dans l'îlot", explique Marie-Josée Callac, responsable du personnel de Monthermé. Aussi l'opération passe-t-elle par une vigoureuse action de formation. Mais comment la concilier avec la production au quotidien? A Monthermé, où est réalisée l'opération la plus lourde, un accord conclu avec le comité d'entreprise prévoit un aménagement du temps de travail sur l'année. Les soixante-quatre opérateurs dont le temps de travail est le plus long (six mois) ont été répartis en quatre groupes. Pendant que les uns sont en formation (trente-trois heures par semaine), les autres compensent leur absence en travaillant davantage (quarante et une heures), et réciproquement. Et, si besoin est, la direction se réserve le droit de demander aux salariés en formation de venir travailler le samedi.





Quatre-vingt mille heures de formation

Programme de formation : quatre-vingt mille heures sur un an pour 220 personnes.

Coût: 10 millions de francs ; 60% pris en charge par l'Etat et la région.

Principal objectif : former les opérateurs au "certificat d'opérateur de transformation métallique au forgeage", équivalent d'un CAP. Soit, par personne, cent cinquante heures de remise à niveau, quatre cents heures de formation technique aux métiers de la forge et deux cent cinquante heures de formation sur le lieu de travail.

USINE NOUVELLE - N°2450 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SEFAC
ARTICLES LES PLUS LUS