Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Soupçonné d'entente illicite, Legrand sort de son silence et déclare coopérer avec la justice

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/09/2018 À 07H46

Le 11 septembre, quelques jours après avoir fait l'objet d'une perquisition dans ses locaux, Legrand a déclaré coopérer avec la justice. Le fabricant de matériel électrique est soupçonné d'entente illicite avec Schneider Electric, Sonepar et Rexel.

Soupçonné d'entente illicite, Legrand sort de son silence et déclare coopérer avec la justice
Le fabricant de matériel électrique est soupçonné d'entente illicite avec Schneider, Sonepar et Rexel.
© Legrand

Le fabricant de matériel électrique Legrand est sorti de son silence le mardi 11 septembre au soir pour assurer qu'il coopérait avec la justice française dans une affaire d'entente présumée impliquant aussi Rexel, Schneider Electric et Sonepar.

"Pour faire suite aux articles parus dans la presse, Legrand confirme que ses locaux ont fait l’objet d'une perquisition le 6 septembre 2018, au cours de laquelle Legrand a pleinement coopéré avec les autorités compétentes", a déclaré le groupe dans un communiqué.

"Legrand n’est pas en mesure de commenter les procédures en cours mais rappelle attacher une importance primordiale au respect des législations et des règles d’éthique", a-t-il ajouté.

Une entente occulte pour tirer les prix vers le haut ?

Dans un premier temps, après l'annonce d'une douzaine de perquisitions visant ces quatre fabricants et distributeurs de matériel électrique, un porte-parole de Legrand avait refusé de faire le moindre commentaire.

Le site d'information Mediapart avait fait état en avril d'une entente occulte entre Schneider Electric, Legrand, Sonepar et Rexel pour tirer les prix vers le haut en limitant la concurrence.

Le parquet de Paris a ouvert le 7 juin une information judiciaire pour entente illicite, faux et usage de faux, abus de confiance, abus de biens sociaux, blanchiment de fraude fiscale, corruption d'agents privés et corruption d'agents publics.

 

Avec Reuters (Emmanuel Jarry)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle