Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Sotep poursuit sa croissance

, , ,

Publié le

Fournisseur de tubes en petite série, Sotep agrandit son usine de Chouday (Indre) pour répondre à la demande. Il se lance dans les sous-ensembles et le médical.

Sotep poursuit sa croissance
Chaque tube de Sotep est contrôlé visuellement.
© Sotep

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La Société d'étirage et de précision (Sotep) achève l'extension de son usine à Chouday, près d'Issoudun (Indre). En comptant les 2 000 mètres carrés supplémentaires, cette unité atteint désormais 6 400 mètres carrés d'un seul tenant. Les travaux touchent à leur fin. "Nous doublons la zone de stockage afin de réagir plus vite", dit Pascal Lebas, PDG de cette PME qui réalise près de 40 % de son chiffre d'affaires (10 millions d'euros en 2013) avec le secteur aéronautique (Snecma, Messier-Bugatti, Zodiac).

Sotep a investi plus de 2 millions d'euros. Outre l'immobilier, 600 000 euros ont permis l'acquisition d'une machine longue de 25 mètres qui sert à dégraisser les tubes. "Les vapeurs sont régénérées, si bien que la machine supprime les rejets dans l'atmosphère", explique Pascal Lebas, qui compte le fonds d'investissement Orium parmi ses actionnaires.

De l'aéronautique à l'énergie en passant par le médical

Cette PME de 60 personnes est présente aussi dans l'énergie (Areva, Vallourec) et la métrologie. Elle se diversifie dans le médical. "Nous travaillons sur des produits implantables dans le corps humain. Et nous fournissons des tubes pour des opérations de liposuccion", détaille Gabriel Pons, directeur général de Sotep. Elle propose aussi des sous-ensembles à ses clients. "Avec l'export, c'est un levier de croissance pour nous", résume Pascal Lebas, qui cible les équipements dans le domaine de l'énergie, un secteur qui représente 25 % des ventes.

Sotep travaille des aciers inoxydables, du nickel, de l'inconel, quelques bases cobalt, mais ne traite pas le titane et l'alu. "Nous sommes capables de produire 40 mètres de tubes sans soudure", précise le PDG, dont l'entreprise produit quelque 350 km de tubes chaque année.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle